Traitement(s) et/ou opération(s) : une OP le 8/10/2013 puis chimios 2 fois 4, 2. OP le 7/6/2014, 33 Radiothérapies juillet / août 2014

Autres soins et traitements : Cure à La Roche Posais 3 semaines Octobre 2014.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : Peu de viande, de sucre. Un jeûne avant le traitement. Piqûres d’Album Viscum. Homéopathie et spécialement pendant la chimio. Vitamine C 1000 + autres compléments alimentaires.

Lecture, méditation, exercice : Yoga, méditation pleine conscience, marche en forêt. 

Lecture « revivre » de Guy Corneau. Livres de Thierry  Jansen.

Services et aides les plus utiles et appréciés : Soin de visage, sophrologie le temps de la chimio.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : J’ai pris conscience que la vie est fragile, qu’on peut la perdre très vite. Curieusement je n’ai pas vraiment eu peur pendant tous les traitements mais plutôt quand c’était fini. Je me sentais de nouveau abandonnée, un état que je connais si bien depuis l’enfance. Je me sentais entourée et je pouvais être faible, vulnérable.

Ce sentiment m’a quitté depuis mais pas l’abandon (je me soigne!)

J’ai aussi bénéficié de quelques séances de Psychanalyse grâce à une association à Strasbourg « Embellie ». Ils organisent également des séances de gym etc.

Avant la maladie j’avais déjà fait un travail sur moi, mais en ce moment je reviens sur certaines « croyances ». J’ai évolué certainement, mais la peur de récidive est encore bien présente surtout que je ne supporte pas l’Hormonothérapie. Le corps médical n’aime pas qu’on refuse leurs traitements. Mais j’ai décidé de prendre le risque avec la conviction que si je prends ce traitement, je vais subir les effets secondaires néfastes. Je crois sincèrement que le meilleur traitement est en nous et si un jour je dois repasser par là, ce sera la juste heure pour partir.

Réflexions et message personnel : Vivre le présent et être sincère avec soi et les autres.

Accepter la vie telle qu’elle se déroule sans résistance. Il y a des moments où la vie nous sourit, d’autres un peu moins, peu importe. Puis je veux croire en la médecine du futur qui va finir par trouver un remède efficace.