Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 9

« Salut mon grand, comment ça va ? » C’est avec ces paroles que ma mère m’a accueilli, tout sourire, comme elle le fait souvent.

Après une chaleureuse accolade, j’ai posé mes affaires et je l’ai retrouvée dans la cuisine, où je n’ai guère eu le choix de lui raconter en détails tout ce que j’avais vécu depuis le début de la semaine. Avec elle, je peux parler de mes élans intérieurs, de mes craintes, de mes prises de conscience, de ce que je ressens. 

Elle m’a écouté, attentive aux intonations de ma voix, au rythme, aux silences, approuvant en balançant la tête ou crispant les petits muscles autour de ses yeux quand la nouvelle était moins bonne, comme elle a toujours su le faire.

Est-ce parce que je suis son unique garçon ou parce qu’un fil invisible du destin nous relie différemment ? Je ne le sais pas, mais intérieurement je remercie la vie qu’elle soit ma mère. C’est vrai, j’éprouve pour elle un amour différent, dans lequel se mêle admiration et dévotion.

Pour le souper, ma mère a préparé un repas digne d’un anniversaire. Convaincue que je mangeais beaucoup trop de surgelés depuis ma séparation, elle a préparé une variété impressionnante de légumes, au point que mon père, pourtant habitué, a froncé les sourcils au moment du service. Mais il n’a bien sûr pas osé broncher, lui qui doit forcément montrer l’exemple.

J’ai souri en voyant ce « dévouement » involontaire de sa part, en voyant cette petite femme qu’est ma mère avoir si bien le tour avec lui, alors qu’avec moi, la plupart du temps, le courant ne passe pas.

Certains auteurs écrivent qu’on choisit ses parents. En les regardant manger, ne me suis demandé ce que j’avais hérité de l’un et de l’autre. De mon père, sûrement une certaine rigueur et le goût de la perfection. De ma mère, ma sensibilité et une certaine désinvolture, une capacité à dédramatiser les choses qui m’avait déjà rendu beaucoup de services.

Bon, j’ai aussi hérité de certains défauts, mais je préfère ne pas en parler ici, vous les devinerez bien assez tôt.

Je vous retrouve la semaine prochaine pour vous raconter la suite. 

Jean-Daniel