Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 82

Pause télé

Le déménagement nous a donné l’idée, à Corinne et moi, de ne pas reprendre de télé pour six mois. Oui, on voulait voir à quoi allait ressembler notre vie sans elle. On s’est dit que nous pourrions utiliser le temps libéré pour découvrir la belle région de l’Estrie en balades et aussi pour nous faire plaisir à travers différentes activités comme les arts. Corinne aime le dessin et la peinture, qu’elle a peu pratiqués ces derniers mois, et de mon côté j’avais envie de me remettre à la musique. C’était la bonne occasion !

Ça fait donc un mois et demi que nous vivons sans télé. Un nouveau rythme s’est installé, et j’y prends maintenant plaisir. Je dis maintenant, car ce n’était pas le cas au début. Oui, Corinne et moi sommes passés par une sorte de désintoxication, une période de sevrage.

En fin de journée par exemple, quand on se sentait fatigué, ou qu’on avait simplement envie de ne rien faire, on avait l’habitude de s’écraser sur le canapé et d’allumer la télé. Les programmes étaient peut-être sans intérêt, mais on pouvait passer la soirée entière à la regarder comme des semi-automates La facilité quoi ! Mine de rien, la télé, c’est très hypnotique.

On s’est donc retrouvé face à nous-mêmes, avec des choix à faire si on ne voulait pas tourner en rond habité par un sentiment d’ennui. Comme on se l’était dit, on s’est motivé pour aller marcher, arranger l’appartement à notre goût, rendre visite à des amis, lire un bon bouquin ou faire une activité plus artistique.

Un mois et demi plus tard, je peux vous dire que nous apprécions le défi qu’on s’est donné. La grande différence qu’on peut observer, ou plutôt vivre, c’est qu’on ne fait plus les choses aussi machinalement qu’avant. Corinne et moi, on en a parlé, et notre constat à tous les deux est que nous habitons bien davantage nos instants. On a la sensation de vivre nos moments plus intensément, d’être plus présents, si vous voyez ce que je veux dire.

C’est marrant, mais j’avais connu cette sensation agréable lors de mon séjour en Inde. À mon retour cependant, seul dans mon appartement, j’avais rapidement repris mes habitudes d’avant. Aujourd’hui je me dis que vivre le fameux moment présent dont tout le monde parle, ce n’est peut-être pas si compliqué. Et s’il suffisait simplement d’habiter ces instants que la Vie nous donne ?

Namasté,

Jean-Daniel