Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 74

Vous aimez les vacances, votre corps aussi

Ça m’est venu d’un coup, au yoga, comme une révélation. J’étais allongé sur le dos, nous faisions des étirements, et je m’abandonnais au mieux dans la posture, pour ne pas créer de tensions. Et là, paf, j’ai vu combien j’étais exigeant envers mon corps, et combien celui-ci en avait marre !

Depuis quelques mois, je traverse de plus en plus de moments de ras-le-bol, en même temps que je sens une envie, une aspiration profonde vers une vie plus simple, plus libre. J’ai la désagréable impression que ma vie est bien de trop dictée par des obligations et contraintes extérieures, et qu’il n’y a pas assez de place pour me consacrer à mes vraies aspirations.

Couché sur le tapis de yoga, détendu, à l’écoute de mon corps, j’ai entendu son message : « Moi aussi j’en ai marre des exigences que tu m’imposes, ne peux-tu pas m’aimer tel que je suis ? »

Une révélation je vous dis ! Une invitation silencieuse et puissante à cesser d’exiger qu’il soit autrement que ce qu’il est, une invitation à l’accepter et à l’aimer dans son état du moment.

Ça m’a fait un choc, car j’ai compris que j’étais tout le temps en train de vouloir qu’il soit différent : plus fort, plus souple, plus beau, enfin plus à même à répondre à toutes mes envies égocentriques. Ce soir-là, mon corps m’a fait un grand cadeau, celui de comprendre un peu mieux que l’amour véritable ne pose pas d’exigences. Je me suis senti penaud, car il était évident que je lui en demandais beaucoup, tout en l’écoutant si peu.

La profondeur du message a secoué ma conscience endormie. Dans notre société, les exigences fusent de toutes parts (boulot, sport, gouvernement, famille !), au point où on en arrive à fonctionner comme des automates, et à croire que c’est normal. Mais c’est faux, totalement artificiel, je l’ai bien compris, et tellement dommageable pour notre corps.

Je vais mieux l’écouter, c’est certain, car il porte une sagesse qui me rappelle au bon sens de la vie, celle de la douceur, de la patience et de l’amour sans condition.

Namasté,

Jean-Daniel