Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 61

Il faut que je vous dise…

J’ai une confidence à vous faire, une de plus : tout est faux ! Et c’est à peine exagéré. C’est en vacances que je l’ai compris. Corinne et moi, on est parti quelques jours aux Îles de la Madeleine, chez un petit cousin à elle. Nous avons été accueillis à bras ouverts par toute la famille, même si les seuls échanges qu’elle a eus avec eux avant le départ n’ont été que quelques courriels.

Tout à l’heure, j’ai dit : tout est faux. Mais j’aurais pu dire inversé, ou à l’inverse du bon sens. Je parle de notre façon de fonctionner ensemble, de nos relations entre hommes et femmes, mais aussi de notre relation à la nature, à la Terre, à la vie dans son ensemble.

Aux Îles de la Madeleine, la vie semble plus directe, plus vraie. Une grande partie des faux-semblants de la grande ville n’a semble-t-il pas prise ici. Le contact permanent avec les éléments, forts et dominants, doit y être pour beaucoup.

Laissez-moi donc vous expliquer. Dans une relation normale, saine, il y a un respect mutuel l’un pour l’autre. La différence est honorée, comprise comme une richesse. La diversité aussi est honorée, puisqu’elle est gage de stabilité. Dans une relation normale, on s’écoute et on se respecte, même si on n’est pas d’accord.

Quand nous sommes retournée sur le continent, j’ai tout de suite perçu la différence. Corinne et moi n’étions plus des personnes, mais des touristes, c’est-à-dire un numéro dans le troupeau avec une carte de crédit.

La relation venait de basculer, je veux dire la qualité relationnelle entre humains. Et c’est à peu près pareil dans tous les domaines. Prenez le boulot : hiérarchie, exigences de rentabilité, compétition… tout cela fausse la relation. Il n’y a plus un humain face à un autre humain, qui s’écoutent et honorent leurs parcours de vie et leurs différences. Non, il y a un boss, qui se croit boss, donc supérieur, et un employé, sur un siège éjectable, qui fait sa job pour gagner un peu d’argent, et qui se la ferme.

Mais c’est faux, ce n’est pas ça la vie !

Et je ne vous parle pas de religion ou de politique. Dans ces domaines, c’est pire, puisque la différence est un problème, voire une menace à combattre. C’est comme dans l’armée, il faut rentrer dans le moule, à pardon, l’uniforme ; tous alignés, un même habit, une doctrine unique à suivre.

Notre petit voyage aux Îles de la Madeleine m’a donné un goût d’authenticité. Je ne suis pas un numéro, mais un être unique, et je compte bien l’affirmer davantage et honorer mon unicité !

Namasté,

Jean-Daniel