Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 57

Ces (fausses) croyances qui nous gouvernent

En plongeant au cœur de mes croyances, j’ai découvert un monde virtuel.  Vous connaissez bien les jeux vidéo, et bien, le monde des croyances est très semblable. Quand on est plongé dedans, je veux dire comme les personnages des jeux, et non les joueurs, ça a l’air très réel, concret, et on y croit dur comme fer. Mais vu de l’extérieur (je n’en ai eu qu’un petit aperçu), ce monde semble chimérique et a un goût d’illusion, d’auto-illusion dois-je préciser.

Mon expérience m’a un peu traumatisé. Pour vous donner une idée, je me suis senti comme Néo dans la Matrice quand il est débranché. Ce qui est dingue, ça a été de voir que j’ai pris pour vrai ce qui était pour beaucoup un reflet de mes propres mes croyances. L’espace d’un instant, toute ma vie, mon quotidien, mes idées… tout cela est apparu comme une création beaucoup moins solide et tellement virtuelle.

Lorsqu’on est dedans, on peut dire que notre monde est réel. Mais le même monde vu « de l’extérieur » n’a plus la même consistance, la même solidité. C’est le jeu de la conscience. Lorsqu’elle est totalement immergée dans notre monde 3D, il est réel pour elle. Mais lorsque la conscience s’observe et observe le monde 3D dans lequel elle évolue depuis un point d’observation situé au-dessus de la 3D, elle voit combien ce même monde est teinté par la projection des croyances et des sentiments-pensées de la personne.

La conscience a le pouvoir de créer, comme son double inversé, l’inconscient. Les navigateurs des mondes de la conscience et de l’inconscient que nous sommes ont réussi à plonger dans leur propre création (collective et personnelle, les deux étant imbriquées) ; pour ma part, je m’y suis même perdu. Et voilà qu’un seul instant m’a fait entrevoir que notre monde n’est pas ma vraie demeure, n’est pas ma demeure originelle, et que ma conscience peut retourner là d’où elle (je) vient.

Voyant combien cette révélation m’a perturbé, Corinne m’a chouchouté les jours qui ont suivi. Pour m’aider à comprendre, elle m’a apporté quelques livres. Leurs auteurs parlent de la vie vue depuis un autre point d’observation de la conscience et de leurs expériences dans ce domaine. Cette lecture m’a aidé à mettre des mots sur ce que j’ai vécu et à mieux comprendre. Un merci particulier à Claudette Vidal et à Suyin Lamour. Au moins, je sais que je n’ai pas déliré.

Pour Corinne, mon expérience est merveilleuse ; elle la voit comme une ouverture vers une réalité plus vaste. Pour l’instant, j’essaye de l’intégrer. Par moment je vois notre monde depuis un point de vue très tridimensionnel, et certains moments je le perçois depuis une position située juste au-dessus de la 3D. J’ai l’impression de naviguer entre deux mondes, sans maîtriser la navigation. C’est déstabilisant, mais je m’y habitue. Tout devient beaucoup plus relatif, plus souple aussi. Je vous en redonne des nouvelles bientôt, promis.

Namasté,

Jean-Daniel