Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 41

Je ne veux pas…

Dans quelques semaines, je vais retourner chez moi, au Québec. Est-ce encore chez moi ? Je n’en ai pas envie. Ici, j’œuvre au service de la communauté, et en échange j’ai un logement, à manger, et je reçois des enseignements. On partage, on s’entraide, c’est tellement logique, et c’est comme cela que je veux vivre.

Je ne veux pas retourner à mon ancienne vie, dans une société du chacun pour soi. On a beau dire que le système social du Québec est très égalitaire et généreux, moi ce n’est plus cela que je vois désormais. Je vois une montagne d’individualisme avec un peu de redistribution, peut-être pour se donner bonne conscience.

Je goûte ici à une vie basée sur le cœur, où le partage et la solidarité sont authentiques et vivants, et je peux vous dire que c’est très agréable, et beaucoup plus en accord avec ma nature profonde. Et ce n’est pas une question d’être riche ou pauvre, parce que l’égoïsme ou la générosité ne dépendent pas de cela.

J’en ai parlé avec mes enseignants. Ils m’ont aidé à voir clair, et j’ai compris que j’avais peur qu’une fois au Québec, je perde cette fraternité, cette douceur, qui font tant de bien, ici à Navdanya. Et aussi que je crains que je ne puisse plus vivre selon ces valeurs. C’est vrai, le monde du travail, pour la plupart des gens, d’une certaine façon, c’est se faire violence, et pour d’autres, même se prostituer.

Vais-je trouver ma place au Québec ? Vais-je trouver un job où je serai bien ? Vais-je me retrouver à l’aide sociale ? Ça me fiche la trouille. Alors, tout en vous écrivant ces quelques mots, je fais de mon mieux pour aimer ces pensées de doute qui tournent dans ma tête, pour aimer mes peurs qui contractent ma nuque et mon ventre, pour m’aimer sans « mais » ni « sauf », pour aimer ce que je vois de moins beau en moi.

Ici, on nous enseigne que tout part de nous, et que l’Amour est la plus puissante force en action dans l’univers. On m’a aussi enseigné que l’Amour inconditionnel est la seule manière de s’épanouir, et que ça commence par soi, et qu’un être qui vit dans l’amour authentique est chéri par toute la création car il rayonne la lumière de son cœur.

Ces paroles ont résonné très fort en moi. Je me suis senti interpellé, invité à mettre de l’amour partout où j’ai tendance à mettre du jugement, à ressentir de la colère, à douter ou à rejeter.

Je sais que je ne vais probablement pas changer en un clin d’œil, mais c’est le chemin que j’ai choisi, ou pour mieux dire, que je suis invité à choisir à chaque instant..

Namasté,

Jean-Daniel