Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 37

La désobéissance est une nécessité

Wandana Shiva est venue faire un tour dans notre communauté. On a eu la chance de suivre un enseignement spécial avec elle. Toute une femme ! Vous vous souvenez d’elle, j’en avais parlé après avoir vu le film « En quête de sens ».

Wandana Shiva est une femme de conviction et d’action. C’est elle qui a fondé Navdanya. On a passé un moment vraiment très intéressant, parce que nous avons pu échanger avec elle sur des sujets comme l’écologie, l’argent, la liberté, la place de la femme dans la société.

Pour la première fois, j’ai compris que préserver son environnement, c’est aussi préserver sa liberté, celle de vivre dans un monde sain, où on peut cultiver sa terre. Aujourd’hui, le système est malade. Les terres sont polluées par les pesticides de compagnies qui ne cherchent rien d’autre qu’un maximum d’argent à court terme. Si vous croyez que tous ces pesticides sont utiles et qu’on ne pourrait pas nourrir l’humanité sans eux, c’est que leur propagande a bien fonctionné. Car la réalité, c’est que tous ces produits rendent la terre et ses habitants malades !

J’ai aussi compris que ceux qui font la loi dans la plupart des pays la font pour eux ou pour les riches qui les engraissent ou les avantages, appelez cela comme vous voulez. Si on regarde les politiques de vos gouvernements, ce n’est clairement pas pour le bien de leur peuple qu’ils agissent. Alors, comme elle, j’ai envie de vous dire : « La désobéissance est une nécessité ».

Oui, quand les lois des hommes vont à l’encontre des lois de la Terre, du respect de la vie, de ce que te dit ta conscience, ton cœur, il faut désobéir, pour se respecter soi-même, se tenir debout.

J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour Zorro. On n’est pas tous aussi habile et courageux que lui, mais si on se met tous ensemble pour réclamer plus de justice, plus de respect, d’égalité, et que nous agissons en conséquence comme ici, à Navdanya, nous pourrons bâtir un monde où il fait bon vivre, pour nous, mais aussi un monde où les animaux sont heureux, et la nature respectée et honorée.

A ceux qui disent que c’est une utopie, je leur dis : « Venez faire un tour ici et vous verrez ! Navdanya, c’est du concret, du solide, du vrai, et ça fonctionne. »

Ici, je n’écoute plus la télé et toutes les mauvaises nouvelles avec lesquelles ils nous arrosent. Je ne joue plus aux jeux vidéo non plus. Nous travaillons en groupe en prenant le temps de se parler, nous vivons au rythme de la nature, je médite tous les jours ou presque, nous jouons de la musique… et je me sens mieux. Je réalise que je vivais dans un monde un peu trop virtuel, coupé de la terre… et de moi-même. Je me retrouve, au fond de moi, c’est comme une reconnexion avec moi-même… et ça fait tellement de bien !

A la prochaine,

Jean-Daniel