Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 35

Une autre planète

Bonjour les Amis !

Je vous écris d’une autre planète. Oui, je suis arrivé en Inde !

Je pourrais vous parler du choc de mon débarquement à New Dehli, de l’effervescence de cette ville où j’ai passé une nuit, de mon voyage en train jusqu’à Dehradun, des paysages du Nord de l’Inde, mais je préfère vous parler de mon arrivée dans la communauté de Navdanya. Les sourires des visages, la douceur des paroles, la bonté qui émanait de ces gens, voilà ce qui m’a le plus impressionné depuis mon arrivée. Moi, un parfait étranger, un inconnu, j’ai été accueilli avec une grande amabilité !

Je savais, pour l’avoir lu, que le respect était au cœur de leur relation à la vie, mais là, dès la première seconde, j’en ai fait l’expérience. Ça se sentait, se ressentait, d’une manière palpable.

Je ne suis là que depuis deux jours et j’essaie au mieux de m’adapter à leur mode de vie. Autant vous dire que ce n’est pas simple, même si les gens d’ici vivent simplement. Quand je dis cela, je ne parle pas forcément de l’aspect matériel, car on est assez bien installé. Aucun luxe dans ma chambre ou ailleurs, mais des commodités comme le wifi.

La simplicité à laquelle j’essaie de m’adapter est, comment dirais-je, plus de nature intérieure. J’ai remarqué une différence entre les gens qui vivent ici depuis longtemps et les gens de passage comme moi. Il y a chez les gens d’ici une paix, un calme qui font du bien. C’est cette paix qui doit rendre leur vie simple. On dirait qu’ils sont en accord avec eux-mêmes, en tout cas assez pour que ça fasse un contraste avec les autres.

Je n’en ai encore parlé avec personne, et je ne sais pas si je suis le seul à voir les choses ainsi. Mais je me dis que si ça m’a sauté aux yeux, c’est sûrement parce que côté « accord avec moi-même », il y a quelque chose à améliorer.

Par chance, les responsables de la communauté, ici à Ramgarh, les gens en charge des visiteurs (des semeurs de graines dans leur langage) et la plupart « des semeurs de graines » parlent l’anglais. Comme j’avais profité de rafraîchir mon anglais avant de partir (je me débrouille pas pire), ça devrait me permettre d’avoir très bientôt des échanges intéressants avec eux.

Bon, là, il est temps que j’aille me coucher, car demain 7h00, c’est la méditation. Je vous redonne des nouvelles bientôt.

Amicalement,

Jean-Daniel