Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 26

Résolution

J’ai pris une résolution pour 2016. Ça vous arrive peut-être à vous aussi de prendre des résolutions en début d’année, moi c’est la première fois. J’en ai pris une seule, qui sera je l’espère, mon moteur pour la nouvelle année. Cette résolution est : retrouver mon pouvoir.

Figurez-vous qu’en passant quelques jours chez mes parents après Noël, j’ai vu combien je l’avais donné aux autres mon pouvoir. Oui, comme un petit animal de cirque, bien élevé, j’exagère à peine (paix à mes parents, ils ne l’ont pas fait exprès, puisqu’eux-mêmes ont vécu la même chose).

Comme je sais que vous aimez les détails, je vais vous les présenter. Premièrement, l’enfant que j’étais devait, en théorie, et par respect, obéissance à ses parents. Ça voulait dire entre autres choses adhérer à leurs croyances et embrasser leurs limites. Par exemple, pour mes parents, Dieu était au Ciel, nous sur la Terre, et le curé entre les deux. On était donc au bas de l’échelle, faibles et pécheurs, coupables de naissance. Premier héritage grand usurpateur de pouvoir.

Ensuite vint l’école, où on m’a surtout appris à absorber servilement des informations qu’à m’épanouir en bâtissant sur mes propres compétences et mon discernement.

La santé, voilà bien un autre domaine où le pouvoir semblait à l’extérieur. Le médecin savait guérir, moi pas. Les médicaments pouvaient guérir, moi pas. J’ai réalisé que dans ce domaine, c’était une culture de dépendance, soit du Ciel qui nous accordait la grâce de la santé, ou du médecin et de ses médicaments qui pouvaient la ramener. Mais moi là-dedans, où était mon pouvoir ? On avait été créé à l’image de Dieu, pour être ensuite privé de tout pouvoir ???

Et c’est ainsi qu’avec les années, je me suis construit plus à l’extérieur de moi qu’à l’intérieur. Facile à comprendre que ce n’était pas du solide.

Quand le chômage est arrivé, c’est le Gouvernement qui a pris le relais. Je lui devais (et lui dois encore) mon chèque d’allocations de chômage. Il est l’autorité qui veille sur le petit peuple. Ce qu’il ne dit pas, par contre, le Gouvernement, c’est qu’il fait tout pour nous maintenir dans un état de dépendance. Nous gouvernements n’aiment pas les gens libres et autonomes. Tout le système est pensé, de la garderie à l’université, pour nous garder malléables et obéissants.

Alors voilà, ma grande résolution pour 2016 est de rapatrier les pouvoirs que j’ai généreusement donnés à l’extérieur. Je conçois que c’est ambitieux et probablement plus exigeant que de déléguer et de se reposer sur les autres, mais plus gratifiant et j’en suis sûr plus épanouissant. On verra bien, moi j’ai le goût d’essayer !

Jean-Daniel