Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 25

Un Noël un peu différent…

Noël sans emploi, ce n’est pas tout à fait pareil. Je devrais dire sans emploi et sans fortune, car si j’étais millionnaire, je ferais à coup sûr de beaux cadeaux. Pour me mettre à l’aise, mes deux sœurs m’ont proposé de ne pas se faire de cadeaux cette année. Comme elles le disent, le cadeau ce sera de passer du temps ensemble. J’ai beaucoup apprécié, et j’ai accepté leur proposition, même si ça m’a fait me sentir « looser ». On dirait qu’il n’y a pas vraiment de vacances de chômage, que, peu importe les circonstances, cette étiquette de chômeur me reste collée à la peau.

Le bon côté de cela, c’est que nous avons décidé de faire de Noël une fête de la famille, ce qui a tout de suite plu à ma mère, plus portée sur les réunions de famille que sur le déballage des cadeaux.

Noël, c’est quoi pour vous ? Pour moi, c’était auparavant des vacances de boulot, une bonne bouffe, et un sapin bien sûr, avec des cadeaux qu’on déballait sur le coup de minuit. Il ne restait pas grand-chose de la naissance de Jésus, ni du message que cet être d’exception a apporté. Où étaient passés l’amour, la compassion et la bonté qu’il avait semés au péril de sa vie ? Probablement dilués dans les slogans publicitaires, avalés par les supermarchés et cachés sous la montagne de nos peurs.

J’ai donc décidé de faire de mon Noël quelque chose de différent cette année. Si je n’ai pas d’argent pour faire des cadeaux, j’ai du temps ! Et avec ce temps, j’ai décidé de rendre service à tous les membres de ma famille.

Par tradition, toute la famille se retrouve à Baie-Saint-Paul pour une ou deux journées entre Noël et Nouvel An. Moi, je vais rester un peu plus longtemps que mes sœurs, alors pour mon père, j’ai pensé lui donner un coup de main pour réparer quelques étagères un peu branlantes et repeindre la salle de bain, job qu’il aimerait réaliser depuis bien des mois. Ça devrait faire son affaire, même si avec lui ce n’est pas toujours simple.

Pour ma mère, ça a été plus difficile de trouver. Je suis assez nul en cuisine et pas fort sur le ménage. Mais je sais qu’elle aime vider ses armoires de cuisine de temps à autre pour faire un grand rangement, et je me suis dit que je pourrais le faire avec elle une fois que le reste de la famille serait parti. On pourra placoter ensemble, je sais qu’on va passer un moment agréable.

Béatrice, ma sœur aînée, avec sa petite famille, me donne l’impression d’être sans arrêt en train de courir. Alors, j’ai choisi de lui offrir de garder les trois enfants pendant une journée. Pour moi, ça être le fun, et pour elle, je pense une journée au paradis.

Mon autre sœur, Vanessa, vit à Montréal avec son chum, alors on se voit moins souvent. Je ne savais pas trop ce que je pouvais faire pour elle, jusqu’à ce qu’on se téléphone l’autre jour. C’est là qu’elle m’a dit qu’elle aimerait profiter des fêtes pour préparer discrètement une surprise pour le soixante-dixième anniversaire de notre mère. Elle a été bien surprise quand Je lui ai proposé de l’aider, parce que ce n’était vraiment pas dans mes habitudes, mais je la sentais tout heureuse de mon revirement.

Et juste ça, c’était bon à sentir !

Bonnes fêtes et à l’année prochaine,

Jean-Daniel