Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 19

Vrai pas vrai

Un sage a dit qu’il y avait autant de vérités que d’hommes. C’est le genre de belles paroles qui, même si elles paraissent pleines de sens, ne donnent d’habitude pas grand-chose au quotidien, du moins pour moi. Mais elles ont pris une autre signification depuis trois jours. Ça s’est passé d’un coup. J’étais parti faire un tour à vélo. Je venais de descendre de mon vélo pour m’asseoir sur un banc, qui donne une superbe vue sur le fleuve, quand ça a fait dans ma tête : « Mais ma vie, c’est du virtuel. ».

Une foule d’images sont remontées simultanément à ma mémoire, qui me rappelaient que tout ce que j’avais cru n’avait pas pour autant été réel, et là j’ai compris que je me contais pas mal d’histoires. Par exemple, quand j’étais enfant, dès qu’il faisait nuit, j’avais peur d’aller dans la remise située derrière la maison. Je croyais que quelqu’un se cachait dedans et allait me sauter dessus. Aussi, quand j’étais ado, le contact avec les filles n’était pas mon fort. Comme elles ne venaient pas trop vers moi non plus, je me suis mis à croire que je n’étais pas assez fort ou pas assez beau pour leur plaire.

Des spécialistes du cerveau disent qu’il ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire. C’était peut-être seulement des histoires que je me racontais, et au final, je n’ai jamais su si c’était vrai.

Aujourd’hui, je sais que ma vie je l’ai aussi créée avec mes pensées et qu’elle s’est aussi bâtie sur les croyances transmises par mes parents, ma famille, mes profs, etc. Je vous raconte cela aujourd’hui parce que j’essaie de voir là-dedans ce qui est vrai ou ne l’est pas. Pour être précis, je devrais dire que j’essaie de voir ce qui est vrai ou ne l’est pas pour moi, parce que je suis sûr que vous verriez la situation bien autrement.

Jean-Daniel