Les billets de Michel A.

Et si on essayait…

En examinant mon monde intérieur avec honnêteté, j’ai dû reconnaître la présence d’un juge, d’un juge prompt à émettre ses sentences et à condamner. Non loin de lui, j’ai aussi reconnu son homme de main, le bourreau. Sa froideur et sa rigidité ont laissé une forte impression dans ma conscience. Par ailleurs, je crois que je ne fais pas exception, que des juges et des bourreaux, il y en a dans la plupart des humains qui foulent le sol de notre belle planète.

La façon dont fonctionne le monde extérieur est, à mon avis, un miroir qui nous renvoie l’image de nos mondes intérieurs, personnels et collectifs. L’intégrisme et le fanatisme, qu’ils soient religieux, politique, économique, sportif… sont reliés à la teneur de nos êtres intérieurs. C’est dans les réservoirs collectifs d’intolérance, de dogmatisme et de violence que les dictateurs et les fanatiques puisent leurs énergies. En cessant de les alimenter, tout naturellement les comportements qui s’en nourrissent de pourraient que disparaître.


Source : www.docanimo.com

Si chacune et chacun d’entre nous grandissait, ne serait-ce qu’un peu, en tolérance, compassion et douceur, l’impact sur la planète serait instantané, et davantage de douceur, de compassion et de tolérance se reflèteraient dans nos vies et nos sociétés.

Pour y parvenir, il faudra probablement lâcher quelques concepts et dogmes, prendre de la distance face à nos croyances ou quitter une idéologie dépassée. Ce n’est souvent pas facile, car une partie importante de notre identité peut reposer sur ces croyances et l’appartenance à une organisation, un groupe. Mais rappelons-nous que nous ne sommes ni nos émotions ni nos croyances, qu’elles ne servent que de support à l’expérience, et que notre véritable identité ne sera en rien affectée par ce dépôt. Au contraire, allégés de ce lest, nous voyagerons plus légers. Bye bye illusion.

J’aime la paix, j’aspire à la paix, à cette paix profonde et vivifiante qui dilate la conscience et le corps. J’y aspire pour moi et pour toute la planète. Je sais maintenant que c’est de l’intérieur  qu’elle va se construire. Oui, des gestes extérieurs devront être posés, mais ces gestes seront basés sur un état intérieur pacifié, seront l’émanation naturelle de la tolérance, du respect de la Vie et de l’amour de nos personnalités installées dans la paix.

Michel A.