Les billets de Michel A.

Suivre le mouvement

Presque tout le monde recherche la sécurité, ce qui est tout-à-fait légitime et sain à mes yeux. Cependant, cette recherche peut conduire à privilégier la stabilité au détriment du mouvement. Il est bien connu que les humains que nous sommes sont attachés à leurs habitudes et que face au changement, le premier réflexe est souvent d’y résister.

Malheureusement pour nous, cette habitude nous dessert et nous cause bien des problèmes, car la vie est mouvement, et ne tolère pas longtemps la stagnation. L’absence de mouvement conduit à ce que nous appelons la mort. L’eau qui ne coule plus devient putride, un corps qui ne bouge plus s’ankylose, bref, le mouvement est essentiel pour maintenir la santé. Être bien relève du mouvement harmonieux, c’est donc dans et à travers le mouvement que nous devrions chercher la sécurité et le bien-être.

La stabilité, au sens où nous la comprenons, ressemble trop à la rigidité ; on pose des limites, on détermine un cadre et on s’efforce de les respecter scrupuleusement. Je pense par exemple au système de santé, à l’enseignement et aux administrations publiques. Tous ces domaines sont régis par de très nombreuses règles et contraintes. Il en faut, bien entendu, mais lorsqu’un système devient rigide, son fonctionnement perd en qualité. Observez-les, et vous verrez que ces systèmes peinent à s’adapter aux besoins changeants de notre société. Nous aurions tout avantage à concevoir des systèmes dynamiques, conçus pour évoluer.

Cela vaut bien sûr aussi au niveau personnel. Prenons les relations, de couple, de famille ou amicales. Nos personnalités changent, évoluent au cours du temps, autant non seulement l’accepter, mais aussi l’intégrer, c’est-à-dire faire du mouvement un atout. Ah, bien sûr, cela n’est pas toujours facile, la peur du changement est très présente. Mais justement, c’est la peur qui freine ou cloue le mouvement, et donc conduit à la stagnation, à la maladie. La chose dont nous devrions avoir peur est la peur elle-même, qui est un rejet du mouvement, de l’évolution inévitable.

Le changement n’est pas une menace, mais un mouvement naturel. Il y a peut-être quelques croyances à transformer à ce sujet pour gagner en sérénité… et en confort.

Michel A.