Le Meilleur d’ailleurs

 

… Les Derniers Centenaires d’Okinawa …

Okinawa est une île japonaise mondialement reconnue pour l’extraordinaire vitalité et longévité de ses habitants, un lieu où « vieillir est un art ». Cet art, les Centenaires le pratiquent dans le respect de préceptes fondamentaux fort simples, mais particulièrement efficaces, lesquels ne sont pas sans rappeler le vieil adage « Mieux vaut prévenir que guérir ». Une médecine douce, pour ne pas dire zen.

Ikigai
Hiroko Toyama, « nonagénaire pétillante », a su se rétablir complètement d’une paralysie partielle provoquée par un AVC qu’elle a eu à 82 ans. Pour y parvenir, elle s’est accrochée à son « Ikigai », ce précepte philosophique, voire spirituel, qui, selon les Centenaires, évoque la « raison d’être » enfouie dans les tréfonds de chaque être humain, dont la recherche et la découverte sont essentielles au maintien d’une longue et bonne santé physique et mentale.

Moai
Chaque semaine, Hiroko et d’autres Centenaires se regroupent dans des sortes de centres communautaires (moai) où des infirmières contrôlent leur état de santé global par le biais de tests médicaux, certes, mais surtout maintiennent leur légendaire vitalité en les incitant à perpétuer la pratique d’activités sociales, manuelles, physiques et intellectuelles. Des rencontres solidaires où rires, discussions, souvenirs et plaisirs s’entremêlent à la médecine au sens large du terme.

       

Kuten Gwa & Hara Hachi Bu
À ce mode de vie se greffe l’idée de « manger peu et bien » et surtout, de ne le faire qu’à 80% de sa faim, pour ainsi éviter la satiété. La majorité des Centenaires ont un régime frugal semi-végétarien reposant le plus possible sur une variété d’aliments locaux, frais, sains et à très basse densité énergétique, ce qui a pour résultat de générer notamment moins de déchets métaboliques, donc moins de radicaux libres, un des facteurs responsables du vieillissement.

MiBio
Cardiologue et gérontologue, Makoto Suzuki s’est inspiré durant les années 70 du mode de vie des habitants d’Okinawa pour prévenir autrement les nouveaux problèmes de santé issus des habitudes « modernes » liées à l’industrialisation et la société de consommation tels que l’obésité, le diabète, le cancer, les maladies cardiovasculaires, neurodégénératives et plusieurs autres fléaux sanitaires auparavant inexistants au Japon. Le concept du MiBio consiste à « considérer le moindre symptôme avant que la maladie ne se déclare » et ce, qu’il soit de nature physique, mentale, sociale ou spirituelle. « Beaucoup de docteurs ne se préoccupent que de la maladie. Ce n’est pas ça le but. Ce qui est fondamental, c’est de s’occuper de l’humain. C’est ça le secret ». Makoto Suzuki ajoute : « On ne vit pas plus longtemps parce que la médecine est bonne, mais parce que l’on prend soin de soi. Et c’est ce que font les gens à Okinawa depuis toujours. »

Patrix pour Merci la Vie !

 

Médecine d’ailleurs …

Bernard Fontanille est médecin urgentiste, habitué aux interventions en terrains difficiles. Il voyage aux 4 coins de la planète pour diverses missions, pour encadrer, soigner, protéger, réparer et soulager. Ses moteurs : une profonde humanité et une curiosité qui le poussent à rencontrer, découvrir et expérimenter.

Dans cette série, Bernard nous fait partager la vie des femmes et des hommes qui prennent soin des autres, sauvent des vies et inventent parfois de nouvelles manières de soigner.

À travers ses rencontres et ces pratiques, il nous raconte les différentes réalités d’un pays, mais aussi le lien universel qui unit un patient à son soigneur.

Voir la vidéo