Le Meilleur d’ailleurs

… Connaissez-vous Cavedigger ? …

Dans le désert au nord du Nouveau-Mexique, là où le vent, le sable et le silence sont rois et maîtres, un homme solitaire et résolu, n’ayant que son fidèle chien pour compagnie, creuse et sculpte depuis 25 ans des cavernes artistiques à l’aide d’outils rudimentaires. Sans formation en art, architecture ou ingénierie, mais définitivement talentueux, Ra Paulette exemplifie brillamment, par l’entremise des œuvres magistrales que sa pelle, pioche et son racloir façonnent à même le grès informe des collines désertiques, le bonheur et contentement ascétiques d’être animé par une passion viscérale. Anodin? Sa détermination n’a d’égal que ses créations.

« L’effet grotte »
Si quelqu’un avait à juger ses grottes uniquement d’après leur étroite entrée débouchant sur un lugubre couloir ténébreux, il manquerait pour sûr l’opportunité d’y découvrir un intérieur mirifique, recelant des temples poétiques aux colonnes ornementées et finement travaillées, d’une beauté absolument fantasmagorique, surréelle. Difficile de ne pas faire un parallèle avec la richesse intérieure du sculpteur, voire de l’être humain. Après tout, le monde extérieur n’est-il pas un pâle reflet du monde intérieur?… Ra se voit comme un magicien jouant avec les espaces naturels et les juxtapositions d’opposés, notamment du clair-obscur, ici invoqué par l’engouffrement caverneux baigné d’une lumière apaisante. C’est ce qu’il appelle « l’effet grotte ». Suffit de contempler l’un de ses chef-d’œuvres (900 heures de travail) intitulé « L’arbre de la gentillesse humaine », pour en ressentir à distance tout l’apaisement s’en dégageant. De quoi convaincre un claustrophobe…

Ra-Paulette-Cavedigger-3    Ra-Paulette-Cavedigger-4

Faire et refaire
Telle est sa stricte passion, question de renouveler continuellement son émerveillement : creuser une grotte, la sculpter et passer à la suivante. L’argent ne fait aucunement partie du processus créatif, pas plus qu’il est une source de motivation. Pourtant, certaines de ses cavernes, habitables et commandées par des résidents locaux, sont présentement évaluées à environ un million de dollars!… Solide, muet et impassible comme le roc, cet artiste du monde minéral laisse les autres s’enrichir sur le dos de son art sculptural, comme s’il s’agissait là d’une impureté qu’il lui faudrait autrement racler des lisses parois de ses sanctuaires gréseux. Et aux personnes qui trouvent que Ra est obsédé par le fait de creuser et sculpter incessamment, il répond ceci : « Est-ce que vous diriez d’un enfant qu’il est obsédé par le jeu? […] Quand vous faites quelque chose que vous aimez, et qui vous attire, vous voulez le faire tout le temps ».

« Je vois cela comme un projet environnemental. J’essaie de créer des sentiments »
Ce souhait sera manifestement exaucé au terme de sa dernière réalisation : « Magnum Opus », l’apogée, la somme des tous ses apprentissages acquis au cours des 25 dernières années et réunis en un seul endroit, se voulant une retraite curative, un véritable havre de paix souterrain où cascades, bassin aquatique et jeux de lumières tamisées offriront, embellis par des dorures et incrustations peintes, une atmosphère immersive de sérénité aussi singulière que naturelle aux gens qui voudront bien en profiter. En leur offrant ainsi cet espace de recueillement, Ra Paulette cherche à ce qu’« Au moins… un instant… ou un moment plus prolongé, ils puissent faire l’expérience d’une meilleure compréhension de leurs sentiments, d’eux-mêmes et de la vie. »

Voir la vidéo

Pour voir la bande-annonce du documentaire Cavedigger réalisé par Jeffrey Karoff : cliquer ici

Patrix pour Merci la Vie !