E=mc2

S’inspirer du corps humain pour capturer le CO2 à grande échelle

L’oxygène est à la base de notre vie, et une atmosphère riche en oxygène permet au corps de demeurer en meilleure santé. Or, nous assistons depuis de nombreuses décénies à une production de plus en plus élevée de CO2, et parallèlement à une disparition accélérée des forêts. En attendant de voir les énergies fossiles source de quantités énormes de CO2 remplacées par des énergies non-polluantes, il paraît sage de limiter autant que possible la quantité de CO2 émis dans notre atmosphère. 

Comment y arriver sans créer d’autres problèmes ? Une entreprise de Québec pense avoir une solution grâce à une technique qui utilise les mêmes mécanismes que ceux du corps humain pour capturer le CO2.

Dans les laboratoires de CO2 Solutions à Québec, une douzaine de chercheurs travaillent à la mise au point d’une enzyme. « Ce qu’il y a de particulier avec cette enzyme, c’est qu’on l’a développée dans notre laboratoire et on l’a produite nous-mêmes », explique Sylvie Fradette, vice-présidente à la recherche et au développement de CO2 Solutions.

C’est l’ingrédient à la base d’une nouvelle technique, que l’on dit plus verte, pour capturer le dioxyde de carbone qui s’échappe des cheminées d’usines. « On a fait notre système en se basant sur le corps humain », précise Mme Fradette.

L’enzyme synthétique est proche de celle qui existe dans le corps humain et qui permet d’éliminer l’excès de CO2 dans le sang. L’enzyme se trouve d’abord dans une fine poudre brune. Selon Sylvie Fradette, « Tout ce que l’on fait, c’est de mettre cette poudre à l’intérieur d’un liquide. La combinaison fait que l’on peut retirer le CO2 d’un gaz industriel. »

Pour lire l’article complet de Vincent Maisonneuve et visionner les vidéos, cliquer ici. Un reportage de Radio-Canada.

Michel A. pour Merci la Vie !