La Vie en vert

… Une toiture de verdure ? A bien y penser, oui ! …

Les avantages d’une toiture végétalisée sont tellement nombreux que leur multiplication serait une bénédiction, surtout en milieu urbain. Alors, voici un peu d’information sur un sujet fort intéressant :

On peut séparer les toits végétaux en trois catégories principales, selon la profondeur du substrat (sol) :

Toit végétal extensif : la couche de terre est de 5 à 10 centimètres, la végétation est basse et constituée de plantes résistantes à la sécheresse comme des mousses, des plantes grasses et certaines graminées. L’entretien est simple et restreint et le surpoids que la toiture doit supporter faible.


Photo : www.vv-artdesign.com

Toit végétal semi-intensif : la couche de terre est de 10 à 20 centimètres, la végétation est déjà plus diversifiée et constituée de graminées, de plantes vivaces et de petits buissons. L’entretien est un peu plus important que celui d’un toit végétal extensif (fauchage, élagage, voire arrosage en période de sécheresse) et la toiture doit être dimensionnée en conséquence pour supporter le surpoids.

Toit végétal intensif : la couche de terre est de 20 à 60 centimètres et permet le développement de plantes ayant des racines plus profondes. La végétation peut être beaucoup plus diversifiée, allant des graminées aux arbustes. Un toit plat peut devenir un vrai jardin potager. Si ce type de toit amplifie les avantages d’un toit végétalisé, il faut compter avec un entretien assez exigeant (comme un jardin) et la toiture doit être dimensionnée en conséquence pour supporter cet important surpoids.


Photo : sphaigne.com

Les avantages des toits végétalisés

Un toit végétalisé offre une excellente isolation thermique, en hiver comme en été, donc de substantielles économies de chauffage et de climatisation. Évidemment, plus il est épais, plus grande est l’isolation. Si une partie des toits des grandes villes étaient couverts de végétation, les pointes de température durant l’été seraient moins élevées, le confort de vie serait plus grand et les frais de climatisation moins hauts.

Un toit végétalisé (comme une paroi végétalisée) offre aussi une excellente isolation phonique.

Alors que les surfaces dures et imperméables conduisent à une concentration très rapide des eaux de ruissellement, les toits couverts de végétaux absorbent une partie des précipitations, réduisent le débit et régulent l’hygrométrie alentour. En cas d’orage, la quantité d’eau qui arrive aux canalisations est réduite et sa vitesse ralentit, ce qui diminue les risques de crue et d’inondation.

La végétation est une source de beauté et de douceur pour le regard. Les toitures vertes contribuent à la beauté du paysage et facilitent l’intégration des constructions humaines dans l’environnement naturel.

Les toits végétalisées contribuent à l’absorbortion du CO2 présent dans l’atmosphère et filtrent les poussières, améliorant la qualité de l’air.

Un toit végétalisé est un espace nature qui va bénéficier à certains animaux, dont les insectes et parmi eux les abeilles. Ils augmentent la biodiversité.

Enfin, la végétation qui enveloppe le toit protège celui-ci des intempéries, comme la pluie et la grêle, réduit les écarts de température que le toit doit absorber, ce qui en augmente la longévité du toit.

Réaliser un toit végétalisé nécessite des connaissances précises et une maîtrise technique. Il faut donc s’assurer de la collaboration de personnes compétentes dès le début du projet, par exemple pour dimensionner la charpente, assurer l’étanchéité du toit, connaître les modalités d’entretien, choisir la pente, etc.

L’investissement de départ est plus élevé et en fonction du type de végétation, l’entretien sera plus ou moins important, mais il y a tellement d’avantages !

Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter les sites suivants :
www.ecohabitation.com
www.adrianemleblog.fr
www.toitvert.net
www.maisonentravaux.fr
www.ecosources.info

Michel A. pour Merci la Vie !