Témoignages

Témoignage 19 Dr Philippe Gentit

J’ai 65 ans ; j’ai exercé la médecine générale de septembre 1975 à septembre 2010.

Ma maladie commence en mars 2010 : au cours d’une séance de jogging, je ressens une gêne douloureuse dans la hanche droite et la fesse droite qui me fait porter le diagnostic de tendinite du moyen fessier ; depuis ce jour une légère boiterie à la marche persiste mais lorsque je pratique mon sport favori, le VTT je ne ressens aucune gêne.

N’ayant aucune douleur nocturne, me sentant par ailleurs en très bonne forme, je décide de patienter et d’attendre une guérison spontanée !

Devant la persistance de cette boiterie, je me décide à faire des radiographies standards dans le courant du mois de mai, qui ne montrent qu’un peu d’arthrose lombosacrée.

En août 2010 : apparaît une sciatalgie gauche avec parésie des muscles releveurs du pied gauche ; je commence à m’inquiéter et je me prescris un examen IRM de la hanche droite.

Le résultat est malheureusement très inquiétant, d’emblée, avec présence d’une importante tumeur osseuse de 7cm de diamètre qui me détruit la moitié de l’aile iliaque droite. Le bilan d’extension (petscan, scintigraphie osseuse, et scanner corps entier) réalisé par la suite révèle :

une autre lésion osseuse sur l’arc postérieur de la vertèbre L4 à gauche ;
une autre lésion sur l’arc postérieur de la vertèbre dorsaleT4 ;
plusieurs lésions hépatiques d’allure métastatique.

Mais on ne retrouve aucune trace de la tumeur primitive !!!

Une biopsie osseuse est effectuée sur la lésion de l’aile iliaque droite: L’examen anatomopathologique répond qu’il s’agit d’un adénocarcinome bien différencié mais les différentes analyses histochimiques ne permettent pas de dire de quel organe il provient ; je me retrouve avec le diagnostic de CUP (cancer with unknown primitive).

Mon oncologue (qui est aussi un de mes anciens stagiaires) est bien ennuyé. Il est décidé de démarrer une série de 10 séances de radiothérapie sur les lésions osseuses qui sera suivie d’une chimiothérapie probabiliste à large spectre comme pour un cancer du côlon. Fort heureusement les cellules cancéreuses s’avèrent très radio sensibles et dès la 5ème séance de rayon la sciatique gauche ne me fait plus souffrir.

Je bénéficie ensuite de 10 cycles de chimiothérapie de 3 semaines chacun (oxaliplatine et xeloda) ; la tumeur est également très chimiosensible et je me retrouve presque en rémission au contrôle de la fin mai 2011. Entre temps j’ai fait une coloscopie qui est strictement normale.

Je termine mon traitement en août 2011 par quelques séances de radiothérapie et cyber knife sur un reliquat de métastase hépatique ; les lésions osseuses se sont recalcifiées et la boiterie a complètement disparu : je mène une vie tout à fait normale en marchant ou en roulant à VTT plusieurs heures par jour.

La maladie récidive en avril 2012 au niveau hépatique et je reprends courageusement la chimiothérapie qui est à nouveau efficace mais en août 2012 une allergie à l’oxaliplatine impose l’arrêt du traitement.

Comme les lésions hépatiques ne marquent pratiquement plus au petscan du mois de novembre, il est décidé d’attendre sans nouveau traitement.

Le contrôle du mois de janvier 2013 est correct mais en mars la récidive est confirmée.

Il est alors décidé de débuter une chimio à base de carboplatine et gemzar mais auparavant je pars faire du ski pendant une semaine. Le 15 avril, la perfusion de carboplatine se passe bien mais 2 jours après la 2ème injection de gemzar, je me retrouve avec une toxidermie intense, avec des plaques éruptives sur tout le corps ! Par ailleurs, les plaquettes sanguines ont fait une chute vertigineuse en dessous de 500 ; on me perfuse donc du concentré plaquettaire vu le risque hémorragique non négligeable ; mais au bout de 5 minutes après le début de la perfusion je fais un choc allergique !

Je me dis que mon corps est saturé de poisons et qu’il est grand temps de s’intéresser à d’autres traitements moins toxiques !

Sur ces entre-faits, grâce à un confrère local, je lis le livre du Dr Laurent SCHWARTZ, « Cancer, guérir tous les malades ? ». Je suis enthousiasmé par cette lecture et il me reçoit très aimablement à l’école Polytechnique. Je débute rapidement les injections d’acide lipoïque, et la prise buccale d’hydroxycitrate et de naltrexone low dose.

Le petscan de juillet montre une nette régression des lésions hépatiques qui ne peut pas s’expliquer avec la seule cure de chimio du mois d’avril d’après le cancérologue.

CONCLUSION : le traitement métabolique est efficace.

Nouveau petscan du 1er Octobre 2013 : c’est la déception ! Les lésions hépatiques reprennent du volume ; Laurent Schwartz me conseille de reprendre une chimiothérapie douce en poursuivant son traitement ; mon cancérologue me propose de reprendre simplement du Xeloda en comprimés par cure de 15 jours avec repos d’une semaine.

En attendant je décide de faire ce que j’avais en tête depuis quelques mois: j’entreprends un jeûne thérapeutique après avoir lu de nombreux témoignages de guérison de cancers avec la cure de BREUSS (voir ce livre ou celui-ci) ; et me voilà parti pour 42 jours de jeûne en absorbant uniquement de nombreuse tisanes, un peu de jus de légume cru et un bol de bouillon d’oignon par jour (sans les pelures). Expérience extraordinaire ! En 3 ou 4 jours la sensation de faim disparaît et un bien-être particulier vous envahit avec une certaine euphorie liée à l’inondation du corps par les endorphines et les corps cétoniques ; au cours de ce jeûne j’ai perdu 15 kg en marchant 1 à 2 h par jour sans aucune fatigue et avec une stabilité parfaite de tous les paramètres biologiques !

À l’issue de ce jeûne, je reprends les cures de xéloda et le traitement métabolique de Laurent Schwartz mais également d’autres produits trouvés dans mes recherches sur le net: jus de noni, jus d’aloe arborescent, reishi, lactoferrine, zéolithe; si bien qu’au contrôle de janvier 2014 les lésions hépatiques ont très fortement régressé et en avril, elles ne sont pratiquement plus visibles; je décide donc d’arrêter là la chimiothérapie qui de toute façon ne me guérira pas!!! Et qui finira par altérer mon bon état général et ma qualité de vie.

En juin je découvre le régime cétogène et ses vertus thérapeutiques sur le cancer puisque il induit un état métabolique proche du jeûne : je commence à m’alimenter dans ce sens mais c’est la lecture récente du livre de Thomas Seyfried et des médecins allemands Kammerer et Schlatterer qui va me permettre de me situer à un niveau de cétose efficace.

Je constate comme plusieurs patients qui l’ont essayé, que ce régime est très énergisant avec disparition des fringales, des coups de pompe, puisqu’on ne consomme pratiquement plus de sucre.

Je décide d’attendre encore quelques mois avant de refaire un nouveau contrôle petscan puisque dans tous les cas de figure, je n’ai pas l’intention de reprendre la chimiothérapie.

Je débute ma 5ème année de survie avec une excellente qualité de vie, ce qui est assez surprenant quand on sait que les taux de survie à 5 ans des CUP sont proches de zéro.

Mon observation médicale appelle plusieurs commentaires :

1) J’ai probablement la chance d’avoir un cancer peu agressif, très chimio et très radio sensible.

2) Le traitement conventionnel par radiothérapie et chimiothérapie a été très efficace : mais la toxicité de la chimiothérapie implique qu’elle ne peut être poursuivie trop longtemps sans finir par dégrader l’état général avec destruction progressive des capacités de défense de l’organisme.

3) Le traitement métabolique du Dr Schwartz est manifestement efficace mais ne peut à lui seul assurer une rémission de longue durée ; c’est pourquoi j’y ai associé depuis un an, la prise régulière d’un autre traitement complémentaire, certes empirique, (jus de noni, jus d’aloes, lactoferrine, reishi, zéolite) mais qui est peut être également responsable de mon bon état général actuel ; on trouve sur le net des témoignages de l’efficacité surprenante de ces produits.

4) Le jeûne thérapeutique permet de booster la chimiothérapie, d’en diminuer les effets secondaires, et crée un environnement métabolique défavorable au développement des cellules cancéreuses : mais cette méthode ne peut être conseillée aux patients déjà affaiblis et amaigris par le cancer.

5) Le régime cétogène, qui permet de mettre le corps en cétose comme le jeûne, mais qui à la différence, peut être poursuivi indéfiniment, offre un grand espoir (d’après quelques témoignages récents) de contribuer à stabiliser l’évolution du cancer et peut être dans certain cas de le faire involuer et disparaitre.

Écrit le 10 novembre 2014

Dr Philippe GENTIT

[MISE A JOUR – 4 AOÛT 2016]

Le Dr Philippe Gentit est décédé le 11 juin 2016. Voici ce que sa femme a écrit : « Il a accepté de faire une dernière chimio en janvier car l’évolution de ses métastases le demandait (foie et vertèbres en particulier) et elle s’est avérée insuffisante et inefficace. Il a donc renoncé à se traiter tout en continuant certaines options alternatives (huiles essentielles, vitamines, pas de sucres…).

Mais au bout de 6 ans de combat acharné il a dû rendre les armes. »

Texte paru sur http://naturo-passion.com

Témoignage 18 Iuliana

J’aimerais partager mon expérience avec vous, et vous raconter comment j’ai traversé un enfer pavé de métastases : le CANCER.

Chaque personne est unique, et ce qui me va ne convient pas forcément aux autres. Voila pourquoi je veux souligner immédiatement que les voies empruntées étaient un choix personnel et je ne conseille à personne de faire comme moi.

Je ne suis pas médecin ni psychologue. Je ne veux pas donner de leçons ni de recettes ; je veux seulement partager mon propre parcours avec humilité et humanité, et je veux vous encourager à ne pas vous laisser réduire à votre maladie. Je suis hypnothérapeute, praticienne en programmation neurolinguistique et naturopathe.

Le diagnostic : L’année 2013 a commencé, pour moi, avec des douleurs au niveau du sein droit, qui m’ont donné des mauvais pressentiments.

L’écographie et la mammographie faites au mois de juillet 2013 ont été un diagnostic foudroyant et incontestable. Les images de ce « malheur » dans mon corps ont été assez évidentes, au point que le technicien en échographie a perdu son contrôle, en criant sans penser une seconde à moi : CANCER ! CANCER ! J’ai eu un choc !

Soudain, je n’arrive pas à percevoir la réalité. Il a appelé mon médecin de famille pour faire une biopsie le lendemain-même ! À ce moment-là, la panique m’a frappée en plein. J’étais abasourdie, j’avais l’impression que tout un monde me tombait dessus… Sa réaction m’a donné la certitude qu’il ne me restait pas beaucoup du temps à vivre.

Le lendemain, j’ai subi la biopsie, très pénible et douloureuse. J’ai attendu trois longues semaines pour les résultats. Malheureusement le technicien avait eu raison. Et le choc suivant est arrivé : le diagnostic était carcinome canalaire infiltrant modérément différencié grade 2/3 dimension 11.5/6 mm. Plus simplement dit : CANCER. Je pensais déjà à mon propre deuil !

Au départ, j’étais persuadée qu’on pouvait se guérir de façon naturelle, j’avais désormais dans mon ordinateur un répertoire immense avec toute sorte de thérapies naturelles et beaucoup de témoignages faits par des gens guéris autrement que par des thérapies traditionnelles. J’ai donc repoussé de trois mois l’échéance de l’opération qui devait se faire dans les 2 semaines et j’ai commencé à me BATTRE.

C’était mon premier réflexe: me battre contre cet Alien.

J’étais déjà végétarienne depuis 3 ans, j’ai pensé que ce n’était pas assez alors et je suis devenu végétalienne. Je voyais mon corps comme une machine et je voulais le réparer comme un mécanicien, je lui ordonnais de reprendre rapidement la route !

Parallèlement j’ai commencé toutes sortes de cures de désintoxication, la cure Gerson, la cure Breuss avec seulement des jus de légumes pendant 3 semaines, des cataplasmes, des lavements intestinaux, l’acupuncture, l’ostéopathie, des séances d’autohypnose où je me battais contre les cellules cancéreuses, sans oublier les séances de visualisation où j’ai ordonné à mon corps d’éliminer cette fâcheuse tumeur de mon corps. J’étais tellement sûre de guérir de cette manière ! Surtout parce ce que j’avais fait le choix d’être végétarienne pour préserver ma santé.

Les carnivores peut-être ; mais moi non ! Alors ?

Malgré ma rigueur et ma bonne volonté, après 3 mois, j’ai été terrassée par les résultats d’un IRM qui m’a profondément découragée ! La tumeur était belle et bien là, aucun signe que la direction entreprise serait la bonne. À ce moment, je me suis effondrée encore plus sous la lourdeur du diagnostique et la réaction du technicien était de plus en plus vive dans ma tête !!!

Depuis le texte s’est allongé. Car, de plus, il y avait aussi une souffrance intérieure insupportable, une non-acceptation. Je me demandais sans arrêt : « pourquoi moi ? » Dans un grand désespoir j’ai accepté de me faire opérer.

Maintenant, j’ai un autre regard sur cette théorie de végétarien-isme qui « protège contre toutes les maladies ». Je crois qu’il est impossible de prévenir le cancer (ou toute autre maladie) seulement par un régime alimentaire, parce que même un régime sain ne peut empêcher les conflits émotionnels de se produire.

De plus chacun d’entre nous est différent de point de vu biologique et une façon de manger peut faire du bien à une personne et beaucoup de mal à l’autre. Voir Philippe Sionneau et Richard Zagorski La Diététique du Tao et Le Dr Nicolas Gonzales www.dr-gonzalez.com

L’opération et la radiothérapie : L’opération s’est bien déroulée en novembre 2013, les ganglions lymphatiques n’étaient pas touchés (on m’a dit alors que le cancer ne s’était pas répandu dans mon corps) et après avoir effectué le test Oncotype, le résultat du score de récidive était seulement de 13% ce qui veut dire 87% de probabilité d’être sans récidive dans les 10 prochaines années !!! J’étais soulagée. Malheureusement pas pour longtemps !!!

Les médecins m’ont recommandé d’avoir des séances de radiothérapie – j’ai dit oui à contrecœur – je les ai finies en avril 2014. Je devais revoir mon médecin et refaire les tests six mois après.

Les métastases : C’est à ce moment que plusieurs événements un peu bizarres sont arrivés. J’ai commencé à rêver presque chaque nuit à des personnes mortes que j’ai connues et aussi j’ai commencé à faire des rêves prémonitoires – un vieil homme me disait presque chaque nuit dans mes rêves que je n’étais pas bien.

Je suis thérapeute en soin énergétique depuis 21 ans, et je fais de temps en temps des rêves prémonitoires. J’ai pris l’habitude de faire attention à ces messages. Je savais que mon inconscient tirait une sonnette d’alarme.

En juin 2014, j’ai vu mon docteur de famille et j’ai insisté pour faire des analyses de sang incluant les marqueurs tumoraux. Surprise: 3 des marqueurs étaient légèrement en hausse, inclusivement celui pour le cancer du sein. Le vieil homme avait vu juste.

Donc j’ai vu mon oncologue et j’ai fait des investigations plus poussées et suite à une écographie, 2 MRI, un PET Scan et une scintilographie osseuse un nouveau diagnostic est tombé : métastases au foie (3 tumeurs) et à l’os de pubis (un creux de presque 3 cm). Mon oncologue m’a dit que ce cancer est particulièrement agressif et il m’a proposé de faire une biopsie au niveau du foie seulement pour voir le type de cancer, avant de commencer la chimiothérapie.

J’ai alors lu beaucoup sur internet : j’ai appris que le cancer du foie est presque toujours mortel et que pour les tumeurs osseuses la chimiothérapie offre seulement des soins palliatifs. Rien pour sauter de joie.

Alors, j’ai lâché prise ! Ça a été un relâchement intérieur absolu. Je me suis dit que, tant qu’à mourir j’allais le faire debout, en bonne forme. Je n’ai pas voulu subir les effets secondaires de la chimiothérapie seulement pour retarder l’échéance.

J’étais psychologiquement fatiguée de m’accrocher à la vie de toutes mes forces… J’ai continué de voir des clients, en acceptation totale de la mort. Je me suis même imaginée avec mes valises déjà faites pour partir dans la vie entre les vies, comme j’accompagne mes clients en régression par de la méditation guidée. Livres : Anita Moorjani Mourir pour vivre (expérience de mort imminente) et Michael Newton Souvenirs de l’Au-Delà.

Par contre, physiquement, j’étais en bonne forme, je n’avais aucun symptôme ou douleur, chaque matin je me faisais de l’autohypnose pour anesthésier mon corps.

A l’époque j’étais seule à la maison, mon fils venait de déménager avec sa blonde et mon mari était parti depuis sept mois sur un chantier dans une autre province. Dès qu’il a appris la gravité de mon diagnostique il est revenu à la maison avec le risque de perdre son emploi et il est resté à mes côtés avec beaucoup d’amour et de compassion.

Il m’a tellement soutenu et encouragé – pourtant j’étais dans une sorte de sérénité profonde, convaincue que j’allais partir. Et voilà que c’est lui, quelques jours après être revenu qui fait une crise cardiaque assez sévère. À ce moment, j’ai été si touché par son amour, par sa peine profonde de me perdre et par son désir déclaré de ne pas vouloir vivre sans moi, que quelque chose a changé en dedans de moi : J’ai décidé de vivre !!!!

Je sais que ça peut paraître étrange, mais c’était exactement ce que j’avais senti !!! Suite a plusieurs autres livres que j’ai lus, ma perception a changé totalement. Livres Colette Portelance L’acceptation et le lâcher-prise et France Gauthier Vivre et mourir … guéri ! avec témoignage à la télé

J’ai compris la grande erreur que j’avais faite au tout début : me battre CONTRE le cancer, me battre contre les cellules malades de mon corps, signifiait me battre contre moi-même. Il ne pouvait pas y avoir un gagnant.

J’ai arrêté d’analyser, de lutter contre la maladie, de lutter contre moi même… Au lieu de chercher à réparer mon corps et de le regarder comme une machine, j’ai commencé à avoir une confiance illimitée en sa capacité de se guérir lui-même… j’ai compris que tout ce que nous combattons nous affaiblit et que tout ce que nous soutenons nous renforce.

J’ai commencé à écouter mon corps pour pouvoir atteindre la paix intérieure qu’il lui fallait pour s’auto-guérir. J’étais toujours en acceptation mais cette fois-ci pas dans la résignation!

J’ai commencé à regarder sur Internet ce que proposaient les cliniques de médicine intégrative qui ont de bons résultats contre le cancer. J‘ai contacté deux d’entre elles, une en Allemagne et l’autre à Saint Diego, aux É-U. Les prix demandés étaient exorbitants (entre 30 et 40 mille pour 3 semaines). On a songé à hypothéquer notre maison pour pouvoir aller là bas. On a même parlé au téléphone avec les sans-disant docteurs de là-bas. On était presque prêts à acheter des billets d’avion quand mon mari a eu l’idée géniale de regarder sur ‘’google-maps’’ pour savoir de quoi avaient l’air les deux cliniques.

Stupeur: à l’adresse indiquée en Allemagne il y avait un Spa-beauté et à San Diego, à l’adresse indiquée on pouvait voir une maison quasiment en ruine… J’étais déçue mais pas comme au tout début; je restai persuadée de trouver les bonnes solutions et que j’allais guérir.

Suzanne Somers- Knockout : Entretiens avec des médecins qui utilisent, avec succès, des traitements contre le cancer les plus avant-gardistes. C’est un livre (en anglais) que j’ai reçu en cadeau d’une de mes clientes depuis peu de temps. Ce livre pourrait me donner une piste et m’empêchais à cette époque de cherche aveuglement des solutions. Pour cela je vous la recommande …

La vitamine C
Et la lumière fut : une de mes amies m’a parlé d’une clinique de médecine alternative aux États-Unis avec des résultats réels et encourageants : Clinique Dr Cole: Ohio- Cincinnati colecenter.com.

Une dame qu’elle connaissait avait suivi un traitement là-bas pour la cirrhose du foie (il y a 16 ans), quand la médecine allopathe ne lui donnait aucune chance de survie. J’ai contacté cette madame qui m’a tout de suite confirmée son histoire et le fait qu’elle avait connu là-bas des gens guéris de cancer.

Mon mari et moi, nous sommes partis pour cette clinique aux É-U pour le mois octobre 2014. Une famille américaine a pris connaissance de notre malheur – un de nos amis qui les connaissait leur avait parlé de nous – ces gens nous ont hébergés gratuitement chez eux pendant notre séjour au Cincinatti.

C’était très apprécié et on a eu beaucoup de partages, de sorties ensemble ce mois-là – lorsque je n’étais pas à la clinique. Je ne voulais pas penser que j’étais malade. Je voulais seulement profiter de chaque moment de ma vie. J’ai eu des injections intraveineuses avec des doses très fortes de vitamine C (85g par jour), de peroxyde d’hydrogène et d’ozone. J’ai aussi fait de l’oxygénothérapie dans une chambre hyperbare (sous pression). J’ai été placée dans un caisson fermé, à l’intérieur duquel la pression atmosphérique a été augmentée. J’ai inspiré une concentration élevée d’oxygène qui s’est dirigé rapidement et en profondeur dans mon corps.

Après être revenue, j’ai trouve ici une clinique où j’ai continué à prendre de la vitamine C 911slim.com et aussi l’oxygénothérapie www.centrehyperbare.com. L’idée de base en tout ça part d’une découverte de Dr. Otto Warburg récompensé par un prix Nobel. Il avait affirmé que le cancer est causé par une respiration cellulaire affaiblie en raison du manque d’oxygène au niveau cellulaire … et que le cancer se développe dans un milieu anaérobique (sans oxygène) ou dans des conditions acides. En d’autres termes, la principale cause du cancer serait l’acidité du corps humain.

Aussi le Dr Linus Pauling, deux fois lauréat du Prix Nobel, a démontré que des fortes doses de vitamine C facilitaient l’activité anticancéreuse à l’intérieur du corps… Sous cette influence, dans le liquide intracellulaire entourant la tumeur, il y a des oxydes d’oxygène qui apparaissent et qui endommagent rapidement les cellules cancéreuses en les divisant.

Les cellules saines dans lesquelles les divisions ne se font pas aussi rapidement restent indemnes. Il dit que, à forte dose, les injections intraveineuses de vitamine C auraient sur le cancer un impact qui rappelle les effets de la radiothérapie.

Aussi j’ai fait une thérapie personnalisée avec des enzymes digestives et plusieurs autres produits naturels. Les enzymes digestives renforcent les processus de défense immunitaire dans le cas de cancer, et peuvent inhiber la propagation des cellules cancéreuses.

J’ai connu là-bas des gens en rémission, un homme dans la soixantaine qui avait eu un cancer du pancréas, une madame de mon âge qui avait des métastases généralisées et une petite fillette de 4 ans qui, à l’âge de 3 ans, a été diagnostiquée leucémique. Tous ces gens-là étaient bien portants, mais ils avaient suivi de la thérapie là-bas pendant un minimum de 4 mois.

Après les deux premières semaines là-bas, j’ai remarqué que mon sein qui auparavant était rouge, plus chaud que l’autre, et enflé (suite à la radiothérapie) était revenu à la normale et la bosse (la récidive) que je sentais autour de l’endroit de l’opération avait diminuée considérablement !!! On n’a pas pu rester plus d’un mois, faute d’argent, et de temps de vacances pour mon mari. Le docteur qui m’avait soigné a été en tout temps assez réservé et silencieux, il ne m’a pas dit à quoi je pouvais m’attendre après seulement un mois de thérapie.

Une fois arrivée chez nous j’avoue que j’avais peur de retourner voir mon oncologue parce que je n’étais pas allée faire la biopsie pour le foie; j’avais entendu plein d’histoires sur des personnes mises à la porte après avoir refusé les thérapies classiques. Pour cela, j’ai demandé une seconde opinion à un autre hôpital.

J’ai eu un R-V vers la fin du mois de novembre 2014: les marqueurs tumoraux étaient en croissance accélérée, déjà 3 fois plus que le maximum normal, l’oncologue qui m’a vu m’a mis sur une liste d’attente pour commencer la chimio au début du mois de janvier 2015 en répétant que ce cancer est extrêmement agressif.

J’ai de la difficulté à décrire l’intensité de la terreur que j’ai ressentie !!! J’avais déployé tellement d’efforts pour faire toute cette thérapie, avec beaucoup d’espoir, j’avais vu les autres gens guéris !!! Mon mari et moi on a pleuré comme des enfants…je pensais que mon sort était décidé, que pour moi il n’y avait plus de solution…

Je n’ai pas refusé cette fois-ci la chimio par peur de rester sans aucun suivi médical de spécialité. Après quelque jours j’ai parlé avec deux  médecins de Roumanie et avec une infirmière diplômée qui m’ont dit qu’après les thérapies immunitaires, surtout celle avec de la Vitamine C, les tumeurs grossissent au début en réaction pour diminuer un peu de temps après. Je me suis accroché à ça… et j’ai rallumé la flamme de l’espoir… au fond de mon cœur j’espérais qu’un petit miracle allait se produire … et d’autres solutions se sont présentées…

Vancouver-médecine intégrative

Au tout début, en quête de solutions, au mois d’août 2014, je me suis inscrite sur une liste d’attente pour consulter un naturopathe en Vancouver – Adam Mc Leod. Je suivais son activité sur internet depuis des années et j’avais tellement confiance en lui !!!

Une semaine avant de partir à la clinique de vit C aux É-U, une amie à moi, la même qui m’avait dirigé vers cette clinique (merci mon ange gardien !), m’a appelée pour me dire que Dr Adam allait tenir un atelier de visualisation-guérison à Ottawa. Il restait quelques places. Je suis allé à Ottawa et j’ai participé à cet atelier. À la fin, j’ai contacté le Dr Adam pour lui dire que j’étais sur sa liste d’attente et pour lui demander de me voir le plus vite possible étant donné la gravité de mon diagnostique.

Quand je suis revenu des É-U, un mois et demi plus tard que j’aie participé à cet atelier à Ottawa, j’ai trouvé sur mon répondeur un message de la part de la clinique de Vancouver pour prendre un R-V.

Me voici repartie. Au début de mois de décembre 2014, j’étais à Vancouver et j’ai eu deux séances à la clinique de là-bas – une séance de naturopathie et une autre pour soins énergétiques. Dr Adam m’a recommandé des injections avec du gui, très connu et utilisé en Europe même dans les hôpitaux, une thérapie personnalisée avec des produits naturels et aussi de continuer à avoir des séances énergétiques à distance avec lui.

Donc, au mois de décembre j’ai eu 2 séances de thérapie énergétique avec Dr Adam : une à Vancouver et l’autre à distance. Adam Mc Leod est un exceptionnel guérisseur intuitif qui travaille avec la pouvoir de l’intention et avec la visualisation en plus d’avoir des connaissances scientifiques solides : il est Dr en médecine naturopathique, spécialisé en oncologie intégrative, aussi en biologie moléculaire et biochimie.

En 2014 il venait juste d’ouvrir sa propre clinique pour travailler avec le public, après avoir étudié pendant des longues années. Il a réussi à guérir sa mère d’une sclérose en plaques quand il avait 16 ans et depuis il faisait des conférences-ateliers de guérison avec de groupes de personnes, un peu partout à travers le Canada.

Il a fait plusieurs autres guérisons à distance (par la visualisation) pour des connaissances, même pour des célébrités qui ont fait des témoignages publiques soutenues par des épreuves médicales (l’astronaute Edgar Mitchell -cancer de reins – et le chanteur rock Ronnie Hawkins -cancer du pancréas). Il est un guérisseur incroyablement doué et qui procède à distance, par la pensée et l’intention. Dans ses livres Guide pour la guérison et la croissance personnelle, Le Guérisseur Visionnaire – La Vérite sur la Guérison Miraculeuse – Adam explique que pour faire la thérapie a distance, c’est nécessaire d’avoir la participation de la personne traitée.

Les intentions des deux personnes qui participent opèrent en dehors des notions conventionnelles d’espace-temps. Il dit que l’espace n’a aucune signification du point de vu de la physique quantique. Ce qui nous paraît être de la matière solide et la distance n’est constitué en réalité que de particules vibratoires tournoyant dans un grand vide à une telle vitesse qu’elles nous donne une impression de solidité ou d’espace.

Tous les êtres vivants, toutes les énergies, tous les lieux, objets ou molécules, sont entourés de « champs » énergétiques ». Il n’y a pas de limites, de barrières entre nous, on est tous interconnectés. Ses principes disent que nous sommes en réalité de l’énergie informatisée en action. L’énergie n’est ni positive ni négative – c’est la pouvoir de l’intention qui lui donne cette connotation. Les photons émis par une photographie, de même que les informations émises par un témoin organique, sont les relais mobiles et permanents d’une personne, ils servent de support aux formes-pensées inhérentes à la personne. De ce fait, a l’aide d’un photographie qui lui sert  de relais, Adam peut rentrer en contact avec notre « champs d’énergie « , à l’endroit où nous sommes.

Notre champ contient toutes les informations qui nous concernent. Adam explique qu’il dirige simplement le système immunitaire de la personne vers la maladie.

Le protocole Budwig.
Parce que j’avais déjà des carences nutritionnelles à cause des cures drastiques que j’avais faites, j’ai adopté en même temps une autre façon plus équilibré de m’alimenter en ayant à la base-le protocole Budwig. J’ai été impressionnée par le fait qu’il existe des milliers de cas certifiés de guérison du cancer grâce à ce protocole.

La docteure Allemande Johanna Budwig, biochimiste et physicienne, après des recherches originales comportant des années d’essais cliniques, a trouvé un mélange alimentaire (l’huile de lin et du fromage frais) qui peut fournir aux cellules de l’oxygène, et rétablir le niveau électrique adéquat, éliminant de cette manière les cellules cancéreuses.

La nouvelle médecine Allemande
Aussi j’étais au courant depuis longtemps du travail du Dr. (oncologue) Hamer – la nouvelle médecine Allemande – j‘ai déjà consulté un thérapeute ici pour cela. La nouvelle médecine Allemande propose une approche métaphysique de la maladie. La  Métaphysique comprend les Lois et Principes Universels qui expliquent toutes les manifestations matérielles. Au niveau métaphysique, il n’y a pas de coupable. Car tout se joue très basiquement : des ondes provoquent des actions dans la matière. La Métaphysique explique le principe d’agissement des ondes.

Lorsqu’on traite un problème au niveau métaphysique, la solution apparaît rapidement et clairement et la solution est permanente.

Le Dr Hamer dit que c’est dans le PSYCHISME que les maladies commencent et qu’elles finissent dans le corps; le cerveau fonctionne comme un centre de contrôle des processus corporels, incluant les changements «pathologiques».

Tout cancer, dit-il, débute par un choc brutal, un conflit aigu, dramatique, qui prend l’individu à contre-pied. Ce choc est vécu dans l’isolement et perçu par la personne comme le plus grave qu’elle ait jamais connu…à un certain niveau, le cancer est la réponse du corps pour se guérir lui-même.

Le travail qui a été fait par le Dr Hamer était de trouver un rapport entre chaque cancer et le type de conflit et de ressenti. Cette approche permet un travail de décodage rapide et fin, et donne, à chacun, des outils exceptionnellement riches pour comprendre la logique de sa maladie. Elle révèle que notre organisme possède une inépuisable créativité et des capacités remarquables d’auto-guérison. Elle reconnaît que chaque cellule de notre corps est douée de cette sagesse biologique que nous partageons avec toutes les créatures vivantes en nous permettent de nous rebrancher sur la nature et de reprendre confiance en sa force créative et intelligente.

Le véritable «guérisseur», c’est la personne, celle qui est en train de guérir.

Livres :

– Jaques Martel, Le grand dictionnaire des malaises et des maladies de  (une ressource très utile pour comprendre le sens à donner à nos malaises physiques, faire le lien sur notre réalité psychologique de vie, s’écouter et tenter de remédier à ces malaises)
– J. Séraphin, G. Mambretti, La médecine sens dessus dessous. – Et si Hamer avait raison ?
– Bruce Lipton, La biologie des croyancesGuy Corneau, Revivre !
– Louise Hay, Tu peux guérir ta vie
– David Servan Schreiber-Anticancer, Prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles
– Christian Boukaram, Le pouvoir anticancer des émotions

Le Dr Christian Boukaram est radio-oncologue et chef de radiochirurgie à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal. Dans cet ouvrage révolutionnaire, il explique que grâce a notre capacité à limiter nos émotions négatives et à émettre ou capter des vibrations positives, nous disposons de potentialités insoupçonnées pour moduler notre ADN et repousser la menace croissante du cancer. Ce livre nous propose de poser un regard nouveau sur le monde et d’activer nos mécanismes de santé afin de connaître le bonheur de vivre que seuls l’équilibre émotionnel et la prise de conscience peuvent offrir.

Ma confiance a été renforcée par le témoignage d’une docteure qui a refusé de se faire opérée et s’est guérie d’un cancer du colon et d’une leucémie en adoptant les théories du Dr.Hamer, alors que le corps médical ne lui donnait pas beaucoup de temps à vivre. Cette madame est une personne qui m’a beaucoup impressionné par son charisme, son énergie débordante et son humeur. Pour moi, elle était la preuve vivante qu’on pouvait s’en sortir par cette méthode. En fait, j’ai voulu croire et j’ai cru à la vérité de tous les autres témoignages que j’ai trouvés sur internet à ce sujet. Je savais à quel point le pouvoir de l’autosuggestion peut être aidant.

J’ai trouvé un médecin en Espagne qui travaille avec ce paradigme et j’ai eu des séances avec lui tout au long de mois de décembre. (Alain Scohy-Institute Paracelse-). Cette théorie soutenue par un médecin m’a soulagée énormément parce que j’ai démystifié le mot ‘’incurable’’, et de plus j’ai trouvé la voie à suivre par moi-même pour participer mentalement à ma guérison.

Alain Scohy a été radié à vie de l’Ordre des Médecins en France parce qu’il a osé dire ses opinions anti-vaccination contre l’hépatite B de 1994 dans les collèges et lycées : un vaccin nouveau, révolutionnaire, préparé sur des cellules OGM et testé sur les enfants. Il a préféré démissionner et continue à travailler comme « accompagnateur-thérapeutes » en Espagne .Il édite depuis 1994 une revue pour diffuser ses découvertes en matière de santé, entre autre sur la Médecine Psychosomatique (Médecine Nouvelle du Dr  Hamer).

Alain Scohy a examiné les radiographies et les images de mes MRI et m’a aidé à mieux comprendre plus ce que j’étais en train de vivre du point de vu biologique. Dans un premier temps, j’ai eu des séances d’hypnose pour écarter une bonne fois pour toute l’image de ce technicien qui n’arrêtait pas de me crier le mot CANCER… et je l’ai remplacé par ‘’un programme biologique spécial’’. Comme cela j’ai pu ignorer totalement la gravité de la situation que j’étais en train de vivre….

J’ai identifié les conflits, les causes émotionnelles de la maladie… je suis descendue en dedans de moi, sans faire intervenir ma tête, donc sans analyser, sans lutter contre la maladie, ni contre la souffrance. À ce stade, j’ai décidé d’accueillir le cancer comme un ami et de l’apprivoiser, en faisant cette fois-ci un travail global au niveau corporel, émotionnel et spirituel avec des méthodes naturelles et douces.

J’ai compris que ma guérison devait être d’abord et avant tout intérieure.

Il a fallu me défaire du schéma mental qui avait provoqué le cancer, sonder mon inconscient pour me débarrasser de mes schémas négatifs intérieurs, nettoyer mon mental. La pratique des techniques de visualisation créatrice m’a permis d’évacuer mes peurs, mes angoisses et mon anxiété. Pour guérir mes blessures émotionnelles, je les ai accueillis quand elles ont refait surface. J’ai soigné le mal en moi dans le moment présent, je me suis responsabilisée sans rejeter les déclencheurs du passé sur les autres.

J’ai travaillé pour améliorer mon comportement vis-à-vis des autres et me décharger de tout ce qui m’a fait souffrir au niveau physique, mental ou émotionnel. De plus en plus, je pouvais revoir les scènes douloureuses de mon passé sans émotion et avec un certain recul, et résoudre mes problèmes relationnels.

Positivation : J’ai pris du recul ainsi vis-à-vis des évènements passés ou présents et je les ai minimisés. J’ai appliqué aussi le pardon comme un des principaux outils de guérison. Pardonner c’est accepter, pardonner est bien une des conditions pour se libérer de sa douleur… Il ne s’agit pas d’être d’accord avec ce qui est ou ce qui est fait, mais juste d’accepter sans jugement. C’est faire la paix avec l’autre et avec les actions qu’il a pu effectuer. C’est apprendre à le comprendre sans le juger, à se dire qu’il a fait ce qu’il pouvait, ce qu’il pensait faire de mieux à ce moment-là.

J’ai compris que ne pas pardonner à quelqu’un, c’est vivre dans la colère face à cette personne et que cette colère empêche le processus de guérison. Je me suis pardonné et accepté moi-même.

Affirmations positives : Chaque jour, j’ai pratiqué les affirmations positives pour bien m’imprégner et ressentir en moi que je suis sur la voie de guérison, en bonne santé, pour attirer par la loi d’attraction cette réalité dans ma vie.

Même en marchant à l’extérieur pour activer mon système immunitaire, je répétais plusieurs fois dans ma tête, des phrases positives telles que:
– Jour après jour je vais de mieux en mieux, je suis en parfaite santé mentale, physique, émotionnelle et spirituelle;
– Je m’aime et je m’accepte telle que je suis.

Je travaillais avec mes clients depuis des années avec les affirmations positives et je savais qu’elles sont des instruments de guérison puissants; par contre il faillait réellement y croire et sentir l’état final désiré avant même qu’il ne se soit matérialisé.

J’ai remercié l’Univers pour toutes les belles choses qui venaient dans le chemin de ma vie, les bonnes comme les moins bonnes. Je savais que cela aide à modifier l’énergie propre, les fréquences vibratoires, facilitant par la suite la guérison sur le plan corporel et physique. J’ai participé à des ateliers de thérapie par le rire: d’exercices ou jeux inspirés du yoga, destinés à évacuer le stress et les émotions, à favoriser la relaxation, et à amener naturellement au rire.  J’ai dansé, j’ai écouté des comédies à la télé.

Il y a des études menées par des psycho-neuro-immunologistes qui ont démontré que le rire contribue à accroître le taux d’anticorps, élimine les émotions négatives comme l’anxiété, la dépression ou la colère. Selon eux les effets positifs du rire sur le système immunitaire contribuent également à renforcer la résistance des personnes souffrant d’un cancer.

Dons, je me suis abandonnée à la joie…j’ai contemplé, j’ai adoré la vie, sans arrière pensée. J’ai eu une belle surprise de la part d’anciens clients, qui sont devenus à leurs tours des thérapeutes: ils sont venus me faire de séances de qi gong et de la thérapie énergétique. D’autre anciens clients ont fait pour moi un groupe de prière – tout cela m’a beaucoup touchée !!!

Décembre 2014 : À la fin du mois de décembre, après exactement un mois après avoir eu les marqueurs tumoraux au plafond, j’ai revu l’oncologue. Il a commencé à remplir les papiers pour commencer la chimio en janvier 2015; avec une petite voix je lui ai demandé de regarder les analyses de sang et les marqueurs tumoraux en espérant qu’il y a au moins un petit changement positif.

Il a regardé sur son ordinateur et il est resté stupéfié: les marqueurs avaient baissé, un d’entre eux dix fois, près de la valeur minimale normale et les deux autres étaient descendus près de la valeur maximale normale !!!!!

Il a déchiré les papiers pour faire la chimio en me disant: « ’Madame, vous n’avez plus besoin de chimio avec ces analyses, continuez ce que vous faites!!! »

J’étais si contente !!! J’ai quitté le cabinet du médecin et je me suis effondré en larmes sur une chaise dans la salle d’attente; je pleurais et je tremblais de tout mon corps … J’étais consciente que la guérison avait commencé pour de vrai!!!

Février 2015 : Au mois de février 2015, j’ai fait un IRM et une radiographie pour le bassin: déjà l’os du pubis commençait à se refaire, les marqueurs étaient encore descendus et pour le foie la conclusion était : comportement inhabituel pour les métastases…

Septembre 2015 : Au mois de septembre 2015 j’ai eu le PET-scan pour tout mon corps. La conclusion : amélioration significative à tous les niveaux!!!  Les tumeurs ne sont plus actives et elles ont presque disparues!!! J’ai remerciél’Univers pour cette deuxième chance!!!! Je savais que je suis guérie!!!

Je n’aime pas employer le mot « rémission » parce qu’il implique un retour possible de la maladie. J’utilise le mot ‘’guérison’’ pour que ce soit pour toujours et pour accentuer le fait que le cancer PEUT être traité avec des thérapies naturelles et par une transformation complète sur les plans mental, physique et spirituel!

J’ai osé choisir de me soigner sans avoir la certitude que le cancer serait éradiqué. J’ai suivi les occasions qui se sont présentées à moi et qui m’ont dirigée vers des thérapeutes et des thérapies qui m’ont aidée…

Au cours de cette période particulièrement éprouvante, j’ai prié beaucoup et j’ai lu énormément de livres et d’articles au sujet de toutes les thérapies que j’ai suivies pour être convaincue de leur valeur. Chaque fois que la peur m’a emportée, je regardais sur internet les documentaires et des histoires de guérison. Je regardais ces personnes qui avaient guéri en suivant ces voies dites parallèles et peu importe les déceptions que j’ai eues, je me disais sans arrêt « Moi aussi je peux guérir ! »

J’espère que moi aussi, par l’intermède de cette témoignage, je serais une source d’inspirations pour les autres..!!!

Quand je regarde le chemin parcouru avec tous ces outils, grâce à mon travail, à ma persévérance, je reconnais maintenant l’efficacité de la guérison intérieure. On m’a donné l’occasion de me la prouver. J’ai acquis, par cette expérience personnelle, la certitude que nous pouvons guérir si nous croyons principalement dans l’immense pouvoir d’auto-guérison qui se trouve en nous !!

Ce mécanisme de guérison qui est à l’intérieur de nous est capable de nous guérir de n’importe quelle maladie, il suffit que le subconscient soit convaincu, motivé, et de lui fournir un contexte dans lequel il puisse réagir. Et surtout j’ai bien compris que la guérison se fait seulement si on harmonise toutes les quatre aspects de notre être : physique, mental, émotionnel et spirituel. J’ai compris que pour cela je n’ai pas eu des résultats au tout début – je me suis pas occupé de mon corps émotionnel….

J’ai caché toute mon histoire à ma famille de Roumanie pour protéger ma mère qui est très malade. Tout ce temps, j’ai parlé avec elle presque chaque jour en faisant semblant que j’étais super bien…et…vous savez quoi ? Ça ma beaucoup aidée…

Je me rends compte à quel point cela m’a fait du bien de ne pas rentrer dans le rôle de malade, de m’apitoyer sur mon sort et de me comporter comme si tout était parfait. Par-dessus tout, le soutien apporté par mon mari a été le cadeau le plus précieux qu’un être aimé peut recevoir durant cette période. Nous avons été moi et lui…tous les deux devant la mort…

Au final : je ne peux pas dire quelle thérapie a été la plus aidante. Par contre je pense qu’une des choses qui m’a le plus aidée sur ce rude chemin vers la guérison c’est le fait de rester ouverte à toute l’information publiée sur le cancer, ses causes et les solutions proposées, toutes les solutions qui se sont présentées à moi. La nouvelle vie qui s’est ouverte à moi est comme une renaissance ; riche de cette expérience, je perçois la vie avec un regard neuf.

Bien sûr chacun doit trouver son chemin. Il n’y a pas de recette, et il est bien difficile de généraliser. Les réponses sont en nous. La quête doit toujours être la paix, la sérénité et l’amour. Je crois que nous seuls pouvons nous guérir et personne d’autre…je crois qu’on peut choisir de guérir ! Je vous encourage à descendre à l’intérieur de vous-même.

Pourquoi je fais ce temoignage ?

A la fin de mes séances de visualisation, je me projetais dans l’avenir et je m’imaginais en bonne santé en train de partager avec les autres mon expérience. Ce témoignage me permet de boucler la boucle, de fermer derrière moi cette porte que j’ai franchie… Je suis prêt maintenant à laisser tout en arrière… !!!

– The Cole Center for Healing: Ohio Cincinnati – colecenter.com
– Yaletown Naturopathic Clinic-Dr. Adam McLeod – yaletownnaturopathic.com
– Dr Johanna Budwig -le régime Huile-Protéiné anti-cancer
– Alain Scohy – La nouvelle médecine Allemande – Institute Paracelse-Espagne www.alain-scohy.com
– La cure Gerson, La cure Breuss

Témoignage 17 Diane 2

Traitement(s) et/ou opération(s) : Mars 1997 :Thyroïdectomie totale, retrait des ganglions cancéreux, et grattage des cordes vocales pendant 4 heures. Durée de la première chirurgie : 8 heures.

Complications par la suite, le soir même de la première chirurgie : rupture d’un vaisseau lymphatique et sensation d’étouffement, comme si quelqu’un avait eu un doigt sur ma gorge. Ouverture à froid afin de drainer le liquide lymphatique, puis soins intensifs pendant 2 jours suivi de la 2e chirurgie. Cette dernière relevait de la microchirurgie puisqu’il fallait stabiliser le vaisseau rompu. Durée de la 2e chirurgie: 7 heures.

Autres soins et traitements : Après la découverte en avril d’un résidu restant au niveau du cou, traitement à l’I 131 (iode radioactif) en mai 1997. Ceci se passe seule et isolée dans une chambre indiquant Danger radioactivité. Durée 5 jours.

En juillet 1997, début de la fibromyalgie et suite des dommages collatéraux. Burn-out en 1998, retours et retraits successifs au travail durant les 10 années suivantes. 2004 début de la costochondrite (inflammation de la cage thoracique). Paralysie de Bell etc etc. Trop long a énumérer ici.

Suivi en endocrinologie, en ORL et avec oncologue à tous les mois pendant les 5 premières années, aux 6 mois par la suite et 1 fois par année maintenant.

Années nécessaires à la rémission de ce type de cancer : 15 années et non pas 5!

Je n’ai jamais cessé les traitements de massothérapie, d’ostéopathie, de chiropraxie par poinçon, acupuncture. Dépendamment des étapes de la maladie, chacune de ces approches a été nécessaire.

Maintenant massothérapie et naturopathie demeurent.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : TOUT A CHANGÉ. Le micro-ondes est sorti de ma vie. Les suppléments naturels et bio m’ont soutenu durant toutes ces années et le font encore. Après la radiothérapie, j’ai fait une cure de détoxification à l’Essiac.

Lecture, méditation, exercice : Guérir envers et contre tout de Carl Simonton :La méthode Simonton se propose d’apprendre aux personnes atteintes de cancer à vivre leur maladie et ses traitements d’une façon plus constructive, tout en augmentant l’efficacité de ces derniers par une meilleure gestion du stress et des émotions.

Services et aides les plus utiles et appréciés : OMPAC (organisme montréalais pour les personnes atteintes de cancer.

Il y presque 20 ans, les services offerts n’étaient pas aussi organisés ni structurés comme ils le sont maintenant, alors j’ai fait cavalier seul et la technicienne en documentation en moi a fait le reste et chercher infos, etc.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? TOUT A CHANGÉ. Tout s’est totalement transformé. L’on vit énormément de solitude et d’isolement, de tristesse aussi. Les autres s’éloignent. Les supposés amis disparaissent. On ne peut plus suivre le cours dit normal, de la vie effrénée. On se retrouve à l’extérieur de tout. On n’a plus les énergies pour sortir et rencontrer des gens. Notre milieu de travail nous oublie car notre maladie dérange et irrite. L’on ne peut plus produire ce que le système demande.

Alors on réapprend à vivre autrement, avec cette peau de douleurs et de souffrances, qui nous indique que l’on doit se réaligner sur soi, ET LAISSER FAIRE LES AUTRES. A trouver de la joie dans les choses simples. A se redonner une qualité de vie autrement. Faire autrement pour soi. Par amour pour soi !

On réapprend à vivre dans l’ici et maintenant, un jour à la fois, à regarder ce qui prend du mieux en nous, à apprécier ce que l’on a.

La maladie comme toute autre épreuve nous aide à grandir et à devenir meilleur pour soi.

Réflexions et message personnel : La maladie est notre alliée, si l’on sait la regarder pour ce qu’elle est. Un signal capital et sérieux que RIEN NE VA PLUS en nous. C’EST UN SOS DU CORPS qu’il faut se reprendre en mains.

Dans mon cas, j’étais rongée par le non-dit et par le manque de respect à mon être profond. Cette petite voix qui me disait déjà tout, mais que je ne savais pas écouter. Que je ne voulais pas écouter.

Tout ce que l’on ne dit pas, ne fait pas, pour ceci ou cela, peu importe les raisons que l’on se donne, s’imprime à l’intérieur de nous, et par la suite s’exprime à travers la maladie.

Lorsque l’on apprend que l’on souffre d’une maladie grave, il faut prendre le temps de comprendre ce que cela veut dire pour nous. Il faut digérer. Ensuite, il faut accepter. La peur amplifie et accélère les symptômes. Il faut s’en libérer, si l’on veut guérir!

Ne jamais faire de la maladie la sienne : Mon cancer, plutôt dire Le cancer.

Nos croyances sur nous-mêmes peuvent aussi devenir des obstacles à la guérison.

NE JAMAIS DOUTER QUE L’ON PEUT GUÉRIR…..

LA MALADIE APPORTE UN NOUVEAU REGARD SUR LA VIE, LORSQUE L’ON A FAILLI Y LAISSER LA SIENNE…

Témoignage 16 Diane

Traitement(s) et/ou opération(s) : aucune opération vu que c’était grade 4 avec métastases, traitement de chimio à 2 reprises.

Autres soins et traitements : acupuncture pendant 3 ¾ an et vu Jean de Dieu du Brésil, voilà 4 mois.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : oui, aucun fromage, dinde,  blanc de poulet produit laitier et aucun BLÉ. Vitamine C 2 000 mg par jour, durant les traitements de la B1 et Alfafa luzerne. Ce régime est de mon acupuncteur qui m’a traité pendant 3 ¾ an à 3 traitements par semaine. Puis depuis 1 an la médecine traditionnelle me donne du Femera (enlève les hormones).

Lecture, méditation, exercice : Malheureusement je suis sédentaire et durant mes traitements avec la médecine traditionnelle je n’avais pas de forces ni d’endurance. Lecture et méditation régulièrement.

Services et aides les plus utiles et appréciés : acupuncture et l’appui de la famille, surtout mon conjoint.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : Je vois moins de gens vu que je ne travaille plus. Maintenant que la guérison est là, je vais revoir mes passions et mes goûts afin de développer ou de faire quelque chose. J’ai toujours aider mon prochain ou donner des formations dans mon domaine de travail, mais là se sera avec mes autres buts et passions.

Réflexions et message personnel : Ce qui est très important, c’est d’être positif et avoir Foi à la VIE et se voir guérir, il y en a que cela se fait vite par contre dans mon cas cela a pris 4 ½ an. Mais je sentais que je guérissais, je n’ai pas eu de doute. Je vous mentirais si je disais que je n’ai pas trouvé cela long. C’est la raison qu’à la fin, j’ai dit au Divin, je crois que j’ai été assez patiente 4 ans, alors on m’a présenté l’idée de voir Jean de Dieu au Brésil et quand j’ai quitté le Brésil Jean de Dieu, m’a dit que tout avait été accompli, que c’était terminé.

J’ai attendu 45 jours, puis j’ai passé les tests médicaux et on me confirmait que l’on ne voyait plus rien. Mais je peux vous dire pendant que j’étais au Brésil, j’ai continué à travailler sur moi, sur mes faiblesses et peurs, c’est comme tout faisait surface durant mes méditations, ce n’était pas facile. Il faut vouloir se changer. Patience, Foi et du courage pour aller au bout de ce que tu traînes depuis des années et même des vies antérieures. C’est là que l’on voit qu’il est important de régler nos vieilles bibittes.

Témoignage 15 Carmen

Traitement(s) et/ou opération(s) : Mastectomie totale, reconstruction immédiate par le transfert de mes muscles abdominaux (TRAM), chimiothérapie (8), radiothérapie(25), hystérectomie à titre préventif du cancer car mutation dans ma famille du gêne BRCA2.

Autres soins et traitements : Ostéopathie, relation d’aide

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : Aucune  diète spéciale, par contre, j’ai amélioré ma façon de me nourrir en ajoutant beaucoup plus de légumes dans mon assiette, en mangeant plus de fruits et en buvant beaucoup d’eau. J’ai conscientisé l’importance de  bien manger.

Lecture, méditation, exercice :  Oui, la lecture de livre positif m’a aidé beaucoup. J’avais déjà l’habitude d’en lire car j’avais un long cheminement personnel. Je connaissais donc l’importance de lire ces livres pour conserver mon moral. Au début de ma convalescence, je faisais de la méditation seule. Par contre je dirais que durant les 5 années qui ont précédé le cancer, je faisais partie d’un groupe de croissance personnelle et chaque semaine, il y avait une méditation  dirigée. J’ai continué de faire partie de ce groupe au moins 4 ou 5 ans après ma convalescence. Maintenant, j’en fais seule environ 10 min. par jour.

Aussi, j’écoutais et j’écoute encore des CD livre audio, style : transformez votre vie, Ho’oponopono, Créateurs d’avant-garde Abraham, Le pouvoir de l’intention. Ça me permet de rester réceptive à chaque beau petit détail que la vie met sur mon chemin. 

Durant les deux années qui ont suivies  les opérations et les traitements, le seul exercice physique que je faisais était une marche d’environ 20 minutes, deux à trois fois semaines.

Un peu plus tard, j’ai entendu parler d’un programme offert gratuitement par l’hôpital Royal Victoria aux survivants du cancer du sein. Celui d’un abonnement d’un an dans un Centre Curves (centre d’exercices pour femmes). J’y suis allée pendent deux ans.

Maintenant, je me suis inscrite dans un groupe de Marche dont le parcours est d’un peu plus de 5 kilomètres dans un boisée au bout de l’Iles de Montréal. Je le fais 2 à 3 fois par semaine. Je fais aussi de l’aquasouplesse une fois par semaine.

Il y a eu aussi l’écriture qui fût pour moi un moyen très libérateur. De plus, lors de la lecture du livre « Guérir sans guerre » au tout début de ma convalescence, j’avais retenu qu’il était important d’avoir un projet pour nous aider à traverser une grande épreuve. Donc moi, dès que j’ai eu l’idée de mon projet d’écriture, j’ai réalisé à quel point c’était bénéfique pour moi. Tout le temps que je passais à visualiser ce je voulais réaliser m’évitais de penser à ce que je vivais. Donc, en d’autres mots, j’étais quasiment toujours « au-dessus de la situation ». J’ai publié mon livre « Grandir plutôt que subir » 5 ans jour pour jour de la date de mes opérations. J’ai été opéré le 16 septembre 2002 et j’ai publié le livre le 16 septembre 2007.  Cette journée là, je fêtais la Vie avec une assistance d’au moins 250 personnes à mon lancement. Ma visualisation avait porté son fruit.  Moi, vu que j’étais la 5ème de ma famille à avoir le diagnostic d’un cancer, que ma mère et trois de mes sœurs étaient décédées de cette maladie, je célébrais vraiment la vie durant cet événement. Tous ceux et celles qui s’étaient déjà déplacés pour des funérailles auparavant, étaient tous présents  pour célébrer la Vie. Mon livre est maintenant best-seller et j’en suis très fière. J’ai même développé un talent de conférencière en racontant mon histoire et en racontant « ma vie après le cancer » dans plusieurs organismes féminins.

 Services aides les plus utiles et appréciés : Au début de ma convalescence, j’ai très apprécié l’aide de mes proches ex : ils me confectionnaient des repas, ils faisaient mon épicerie, mon ménage et de l’accompagnement en auto. Entre autre, à tous mes rendez-vous de Chimio, j’étais accompagnée d’une de mes sœurs qui elle,  survivait du cancer du sein depuis 17 ans. Elle était mon inspiration par son énergie et son enthousiaste.  Nous avions beaucoup de plaisir ensemble. Tout le long de mon traitement de chimio, elle me lisait un livre positif. Elle préparait même un lunch pour nos longues journées à l’hôpital. Et en revenant chez moi, elle me donnait un traitement d’énergie, celui du Reiki.  En résumé, c’était toujours pour moi, de très belles journées. (Cette  sœur dont je vous parle a perdu son combat 2 ans plus tard). Pour les personnes moins proches, simplement leurs présences, surtout quand j’étais hospitalisée  étaient toujours comme un baume pour moi. Toutes ces visites, toute cette amour dont j’ai reçus ont collaboré grandement à atténuer un sentiment de rejet qui m’habitait depuis ma naissance.

Aussi, la gentillesse de tout le personnel hospitalier, je l’ai toujours très apprécié. J’ai  été traité avec un grand respect et j’en étais toujours reconnaissante. J’ai eu aussi beaucoup d’appuis, lors de mon retour au travail, de mes patrons ainsi que de tous mes collègues de travail. J’en étais très reconnaissante.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie : Je peux dire que ma vie au complet a basculé. Le fait que mon énergie n’était plus du tout au rendez-vous, j’ai dû quitter mon emploi. J’étais conseillère en produit financier au moment du diagnostic. À mon retour, 18 mois plus tard, je constatais qu’il me fallait un travail plus approprié à mon énergie. Je suis donc redevenue caissière. J’ai même diminué mes heures de travail à 28 heures au lieu de 35 heures/semaines afin de pouvoir travailler le plus longtemps possible. Mais à peine 3 mois plus tard, un lymphoedème sévère apparaissait à mon bras gauche et à ma main gauche. J’étais donc restreinte à travailler seulement 2 jrs/semaine. D’autres problèmes de santé  se sont ajoutés occasionnant à plusieurs reprises des absences à mon travail. J’ai donc réalisé que mon corps me parlait et qu’il fallait que j’arrête de travailler. Malgré ma grande insécurité,  au nom de ma santé j’ai fait une demande de rente d’invalidité. J’ai donc dû faire plusieurs deuils suite à la maladie. Deuil de mon énergie, de mes seins, de mon corps d’avant, de mon travail, d’être cher, même de mon copain car après 3 semaines de mes opérations, j’entendais à mon oreille que notre relation ne pouvait plus continuer. Je devais donc guérir mon corps et mon coeur. Par contre, étant seule, j’ai fait beaucoup d’introspection, de méditation et surtout,  mon passe-temps favori était l’écriture. Je  peux vous dire que l’écriture fût pour moi ma bouée de sauvetage suite à ma rupture amoureuse.

La bonne nouvelle, sans cette rupture, je crois que je n’aurais jamais pensé publier un livre. Sachant que je n’étais sûrement pas la seule à qui ça arrivait, j’ai voulu que d’autre se reconnaisse à travers mon histoire. Je voulais aussi partager toute la détermination que j’avais de guérir. Je vous explique : étant consciente que la mort frappait à ma porte par ce diagnostic de cancer, suite à mes introspections, j’ai réalisé à quel point la peur m’avait souvent empêché d’agir. La peur de l’erreur, la peur du ridicule, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de l’échec. Bref, j’ai conscientisé  que l’on vient sur la terre pour vivre des expériences. Donc c’est à ce moment précis que j’ai voulu vraiment une 2ème chance pour vivre. Je voulais mettre en pratique tout ce que je venais de conscientiser. C’est tout ça que je voulais partager en publiant mon livre.

Réflexions et message personnel : Avant la maladie, m’ayant toujours identifiée par ce que je faisais, j’ai dû apprendre à m’aimer pour qui j’étais vraiment. Jamais je n’aurais pensé que la maladie était là pour me faire découvrir une grande partie de mon potentiel soit : mon talent d’écriture, d’oratrice, ni mon talent de peintre que j’ai décelé il y a environ 3 ans. Maintenant, je vis beaucoup plus le moment présent, je me fais beaucoup plus confiance et je fais beaucoup plus confiance en l’avenir. Du fait même,  je respecte davantage mes limites.  J’ai installé en moi une importance qui ne m’habitait pas auparavant. J’ai appris à lâcher-prise quand les obstacles surviennent et le fait d’avoir éveillé ma conscience et de faire des gestes pour maintenir mon énergie positive, j’apprécie chaque jour, toutes les belles coïncidences que la vie met sur mon chemin. C’est ce qui me permet d’aimer ma vie.

Donc, je dirais que c’est suite au cancer que j’ai découvert ma mission de vie. Celle de m’aimer davantage et celle d’apporter de l’espoir à plusieurs  qui vivent des épreuves de toutes sortes dans leur vie par mon histoire, par mon évolution personnelle et par la lecture de mon livre. Tout ça a donné un sens à ma vie.

Tous les thèmes que j’aborde en écriture, car j’écris encore, concernent toujours les sujets existentiels de la vie. Je suis d’ailleurs en processus pour l’écriture d’un deuxième bouquin.

En résumé, je peux vous dire que j’ai converti cette situation dramatique en une réussite personnelle. J’ai découvert une grande force intérieure en moi et je me considère très heureuse et très sereine aujourd’hui.

Témoignage 14 Dominique

Traitement(s) et/ou opération(s) : chirurgie pour enlever la tumeur, chimiothérapie, radiothérapie, Herceptin, hormonothérapie. Suite à l’annonce de la mutation génétique, ovariectomie, double mastectomie, avec reconstruction mammaire par lambeau DIEP.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : calcium

Lecture, méditation, exercice : yoga, marche, course.

Services et aides les plus utiles et appréciés : mes amies qui m’apportaient de la bouffe, la visite de mes amies, de l’accompagnement d’une patiente ressource, surtout pour les prises de décisions concernant les chirurgies préventives.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : Ah… Plusieurs choses! Apprécier les petites choses, prendre le temps de faire ce qui nous tente, apprécier les bons moments, les repas avec les amis, ne pas se gêner pour dire « je t’aime » aux gens que j’aime !

Témoignage 13 Ginette

Traitement(s) et/ou opération(s) : hystérectomie, curiethérapie, chimiothérapie, radiothérapie : la totale !

Autres soins et traitements : homéopathie, ostéopathie, biologie totale, thérapie quand le besoin se faisait sentir.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation: pas le droit de manger fruits et légumes le temps de la radiothérapie, c’est long de ne pas manger pendant deux mois l’été ces aliments… et lors de la chimio, la diététiste de l’hôpital suggère de ne pas prendre des suppléments.  Mais j’ai pris finalement: “isolat de petit lait”. Saku Koivo en avait pris lors de son cancer, alors, j’en ai pris.

Lecture, méditation, exercice :

*Dr. Carl Simonton, “Guérir sans guerre”

*Bernie Siegel, “L’amour, la médecine et les miracles”

*Enregistrements du Dr Renée Pelletier de Radio Ville-Marie sur “la chimiothérapie”, “la radiothérapie” et “l’audace“ ainsi que son livre: “Vivre le cancer au quotidien”, “Je reprends mon souffle”, “Vivre son traitement”.

*Johanne Ledoux, Guérir sans guerre”

* Annie Ancelin Schutzenberger, “L’aide au malade atteint d’un cancer”

*Catherine Deblaye, “Qui sont-ils” »?

*Jacques Mousseau, “Arnaud Desjardins, l’ami spirituel”

*Christian Flèche, “Décodage biologique des maladies”

J’ai fouillé dans les livres, je cherchais un sens.  Des phrases, des mots, qui donnaient du sens à ce cancer agressif à 46 ans et je  voulais vivre à tout prix.  Je voulais être “grand-maman” dans cette Vie-ci.  Le médecin avait dit : on va faire ce que l’on peut !

J’ai lu aussi des romans, question d’alléger ce dossier difficile au quotidien… des bandes dessinées, je regardais des comédies, je prenais soin de moi de différentes façons. Je méditais déjà, j’ai continué à méditer quand le corps était bien.  J’écoutais des mantras et cela me faisait un grand bien.

Services et aides les plus utiles et appréciés : Je suis allée voir mon ostéopathe presque à toutes les semaines.  Heureusement, que j’avais des assurances.  J’ai fait aussi des rencontres en biologie totale pour comprendre, pour me comprendre à travers ce processus de Vie intense.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : J’ai quitté l’enseignement après 3 ans à temps partiel.  Je me sentais “déphasée”, plus à ma place.  Les enfants marchaient, j’avais l’impression qu’ils couraient, ils parlaient, j’avais l’impression qu’ils criaient… Il y a vraiment un avant, pendant et après la maladie.   Alors, je suis devenue thérapeute en soins énergétiques (Polarité et Soins Esséniens) et formatrice de marche afghane (depuis 2 ans).

Réflexions et message personnel : J’ai écrit un livre à titre d’auteur: “Oui à la Vie, journal d’une rencontre avec le cancer”.  J’écrivais avant cette aventure de la Vie, et j’ai continué car écrire me  permettait de mettre des mots, des ressentis, de poser des questions à mon âme, de décrire ce qui montait en moi sur tout ce vécu intense.  C’est pourquoi, il était facile de noter tantôt les livres parcourus durant cette période de ma Vie car ils sont inscrits dans ma bibliographie à la fin de mon livre.  

*Le mot “Vie” s’écrit maintenant toujours avec un “V” majuscule car elle est précieuse et sacrée !

*J’ai d’ailleurs regardé à la fin de mon livre pour vous donner les moyens qui m’ont aidée à garder l’espoir, qui m’ont permis de cheminer vers la guérison, la confiance en moi et en l’avenir : (j’ai pigé quelques phrases  et paragraphes de ma conclusion)

–  la confiance en l’équipe médicale: ensemble nous travaillons pour le meilleur.

– l’écriture: écrire pour se libérer; pour exprimer sa colère; pour s’apaiser, pour comprendre un peu plus sa réalité, son vécu; pour reconnaître; pour donner un sens quand rien n’a du sens; pour établir un dialogue avec son âme; pour honorer la Vie; pour dire Merci aussi…

– la lecture

– l’observation des ressentis: il est possible de faire une introspection et de regarder ce qui nous habite et nous cause des inconforts, des malaises, des bouleversements intérieurs afin de les DIRE avec des mots pour permettre à la maladie (les autres maux) de s’atténuer et possiblement de disparaître.

– la reprise du pouvoir personnel: Parfois, ce sont des évènements, des situations, des relations vécues plus ou moins difficilement et où nous avons abandonné notre pouvoir personnel quelque part ou à quelqu’un d’autre.  Se reprendre en main, s’observer, s’interroger pour se permettre de comprendre et, ainsi, de croire en soi, en ses ressources, en son intuition, et de reprendre son pouvoir personnel.

– les buts à court, moyen et long terme:   Un but à très court terme que l’on se fixe dans la journée représente parfois la seule activité à laquelle on va pouvoir s’adonner quand le corps ne suit pas autant qu’on voudrait.  Ce but peut même s’avérer tout un défi à relever considérant les circonstances!  Et une fois atteint, il apporte un baume à l’âme, car il aura été une occasion de dépassement.

– la capacité d’être: S’aimer soi-même, s’accueillir, s’accepter inconditionnellement.  Me CHOISIR, me faire plaisir, me dire OUI !

– les rêves: des pistes intéressantes pour faire des liens, chercher des pistes intéressantes avec notre vécu et en faciliter la compréhension

– les médecines douces: Oui à la médecine traditionnelle,  et oui aussi à la médecine complémentaire.  L’ostéopathie, la polarité, l’homéopathie, l’exploration en biologie totale, les soins esséniens, la thérapie. On a plusieurs portes d’entrées: le physique, l’énergétique, le spirituel, l’émotionnel. Nous avons besoin de nous aider, de nous comprendre de différentes façons, ce qui nous permet d’élargir notre champ de conscience afin de poursuivre notre démarche vers la guérison.

– la méditation pour calmer ce cher esprit et aller plus sereinement à l’intérieur de Soi.

– la famille et les amis, en autant que l’harmonie se vit…

– l’attitude juste: rester centré malgré les évènements extérieurs qui se déroulent.  Garder l’équilibre bien que nous ayons l’impression de marcher sur un fil.  Ne pas tomber dans le jeu de la victime, car dans ce rôle, nous ne prenons pas notre Vie ne main.  Faire le nécessaire pour améliorer la situation quand on le peut, chercher la solution adéquate pour ce moment-là, puis lâcher prise. 

– la pratique du moment présent: Lorsqu’on vit au présent, il n’y a pas de peurs, car nous faisons l’expérience d’une suite de moments dans la conscience, là où il n’y a pas de mort, pas de scénario imaginé ou effrayant.  Il y  a juste le moment présent qui passe, plein, divin, dans la présence à soi, à l’autre.  Un moment béni suivi d’une autre moment tout aussi sacré,  et ainsi de suite créent un oasis de paix intérieure dans une journée.  En pratiquant régulièrement la présence au moment présent, le quotidien se vit avec moins d’intensité dans notre esprit et un plus grand calme s’installe à l’intérieur de nous.

– l’écoute de la voix intérieure: Mon expérience me dit qu’il y a toujours en nous cette petite voix qui nous parle, qui nous indique la voie à suivre.  Cependant, avec les stimulations que la Vie nous offre, il n’est pas toujours possible de l’entendre.  La méditation, la relaxation, la prière, le silence, la contemplation, la nature sont des outils précieux qui aident à entendre cette voix divine.

– la nature: Tout se renouvelle chaque jour, différemment de la veille, nous permettant de continuer à nous émerveiller à chaque instant.  Ce qui est souhaitable, c’est d’être conscient de cette merveille qui s’offre à nous chaque jour et d’en profiter.

– la gratitude: La gratitude est un cadeau à s’offrir chaque jour.  Dire MERCI pour les personnes près de nous, merci pour le sourire d’une personne rencontrée, merci pour une accalmie dans les douleurs physiques, merci pour une rencontre inattendue qui nous remplit le cœur, merci pour les soins de santé, merci pour un instant de paix ou des instants de paix dans une journée, merci pour la sécurité du moment présent, merci pour la Vie, merci pour les prises de conscience, merci…

– la prière, la présence divine: C’est une relation propre à chaque individu.  Pour ma part, elles ont été un accompagnement de tous les instants.  À chacun de trouver cet espace d’amour inconditionnel qui est là, présent à l’intérieur de Soi.

On dirait bien que j’étais dans mon air d’aller en écrivant tout cela.  C’était vraiment tous mes aides qui m’ont permis de passer à travers ce processus intense.  Moi, j’appelle cela une “initiation”.  Tout le monde vit des initiations qui sont plus ou moins intenses.  Ces défis que la Vie nous offre et qui demande à nous  dépasser dans différents domaines de notre Vie.  Certes, cela nous amène à puiser à l’intérieur de nous dans nos ressources et nous permet d’avancer.

Témoignage 12 Luciel

Traitement(s) et/ou opération(s) : 3 séances de rayons par semaine du 17 août au 11 novembre 2001

Autres soins et traitements : Traitement hormonal avec des hormones femelles et ce encore actuellement avec une piqûre mensuelle.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : Aucun(e)

Lecture, méditation, exercice : J’ai appliqué la méthode Nadeau qui est une gymnastique douce faisant travailler le corps de la tête aux pieds. Cette gymnastique propose 3 mouvements :

1-) Rotation du bassin

2-) Exercice dit de la vague qui englobe la rotation du bassin et fait aussi travailler le haut de corps

3-) La natation qui fait travailler les bras, la tête et les jambes.

C’est une méthode canadienne.

Services et aides les plus utiles et appréciés : mon mental

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : Rien. Je continue ma vie comme si j’étais toujours en excellente santé.

Réflexions et message personnel : Nous avons tout en nous pour remédier aux maux divers qui peuvent nous atteindre. Je pense aussi que nous sommes créateurs des ennuis de santé pour plus de 90 % et ce d’une manière consciente ou inconsciente. Anecdote: ma belle mère pensait fortement qu’elle allait avoir un cancer. Elle me le disait à haute voix et avec conviction. Elle a eu son cancer et en est morte après 2 séances de chimiothérapie.

Il nous faut croire à la Vie. Nous sommes tous des créateurs de notre devenir. À nous d’en prendre conscience et de vivre en harmonie avec ce que nous croyons.

Témoignage 11 Serge

Traitement(s) et/ou opération(s) : En 2002 ablation de la prostate et en 2004 chirurgie du colon. Pas de chimio en 2004 mais chimio plus radiothérapie en 2015.

Autres soins et traitements : psychothérapie plus travail en reiki et méthode Ho oponopono

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : en 2015, cure durant 8 jours.

Lecture, méditation, exercice : méditation et Qi gong

Services et aides les plus utiles et appréciés : méditations, Qi gong et psychothérapies (PNL plus EMDR)

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : Je suis plus conscient de mon corps et de mes émotions et surtout je vis très fort le présent.

Réflexions et message personnel : Surtout ne pas resté isolé et enfermé. Se prendre en charge de suite et devenir l’acteur de sa santé et de sa vie.

Témoignage 10 Claudette

Année du diagnostic : 2010 (sein gauche) 2011 (sein droit)

Traitement(s) et/ou opération(s) : à gauche  tumorectomie et radiothérapie, à droite : mastectomie

Autres soins et traitements : homéopathie, naturopathie et psychothérapie, Kinésithérapie des épaules et drainage lymphatique. Reconstruction du sein droit par lipomodelage.

Alimentation (diète spéciale) et/ou supplémentation : très régulièrement des compléments alimentaires.

Lecture, méditation, exercice : livres et témoignages de personnes atteintes de cancer, recherche spirituelle, voyage aux Philipines (guérisseur).  Colloques médicaux sur le cancer du sein, formation kinésithérapie et cancer du sein.

Services et aides les plus utiles et appréciés : accompagnement au centre RESSOURCES.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis la maladie ? : Je prends soin de moi, j’ai pris conscience, j’ai modifié mon alimentation et j’ai arrêté de fumer.

Réflexions et message personnel : le cancer a été pour moi un tremplin, une remise en question de ma vie, une leçon de vie. Une prise de conscience que la vie est entre mes mains, de lui redonner un sens pour retrouver la santé et la joie de vivre. J’ai mis en place une hygiène de vie différente, physique et mentale, beaucoup plus en accord avec qui je suis. J’ai repris mon activité professionnelle mais en ménageant mon emploi du temps.

Je prends du temps pour moi (peindre ou lire), participer à des stages de développement personnel, et beaucoup  moments partagés avec mes petits-enfants. Je profite davantage des joies que la vie offre à tous les jours.