Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 85

Un petit moment d’éternité

En temps terrestre, mon expérience n’a duré que quelques minutes, mais quelles minutes ! Des minutes d’éternité, dans l’espace infini de mon cœur. Je dirais que je baignais dans un état de grâce, tant je me sentais bien. Je percevais littéralement la vie à travers l’espace de mon cœur.

Tout ce que je voyais était animé d’une vie nouvelle. L’arbre de la cour n’était plus un tronc de bois avec des branches, mais un être vibrant, rayonnant de vie. L’écureuil qui passa sur le balcon était mon frère, tout comme l’oiseau qui vint se percher juste en face de moi pour me regarder, comme s’il avait perçu que j’avais changé.

Il n’y avait plus d’objets, plus de choses inanimées. Il y avait la vie en mouvements, vibrante de lumière derrière toutes ses formes, dans tous ses corps. J’étais émerveillé et excité, tout en goûtant à une paix ineffable. Mon regard était libéré de ses réductions habituelles, mes sentiments étaient animés d’un amour inconditionnel pour tout ce que je percevais et, chose géniale, les limites de mes croyances avaient sauté.

Je jouissais d’un quasi-silence mental qui me conférait une lucidité paisible et bienveillante. Comme j’en prenais conscience, je pensai à Corinne. Il me sembla que nous nous connaissions depuis longtemps, et que notre vie actuelle était la suite logique de ce que nous avions vécu en d’autres temps. Nous nous étions donné rendez-vous, c’était clair ! Comment pourrait-il y avoir du hasard dans un monde si parfaitement orchestré ?

Un immense élan d’amour monta en moi, me submergea, un élan d’amour pour Corinne, mes sœurs, mes parents, mes amis et pour toute la vie, un élan si puissant que je partis en larmes d’émerveillement et de gratitude.

Cette expérience n’a duré que quelques minutes en temps terrestre, mais assez longtemps pour graver une empreinte durable dans ma conscience.

Namasté,

Jean-Daniel