Archives mensuelles : avril 2016

Montée de lait

Puissance et faiblesse

Les Panama papers, ça vous dit quelque chose ? Un scandale de plus, direz-vous peut-être, mais un scandale très intéressant, car il nous montre plus clairement comment les plus riches de la planète surfent au-dessus des lois, et aussi des valeurs morales couramment partagées.

En passant, ce sont aussi les plus riches de la planète qui possèdent les industries pharmaceutiques, militaires, pétrolières et technologiques, et bien sûr qui dirigent par hommes de main interposés les plus grandes banques et les grands groupes médiatiques. La mondialisation de l’économie est l’outil qui leur a permis d’arriver à une hégémonie planétaire.

On peut dire que quelques familles exercent un pouvoir dominant notre planète, avec la collaboration complaisante de nos gouvernements (la collaboration avec les pouvoirs religieux a très bien fonctionné aussi). Probablement plus pour longtemps, car on voit que les choses commencent à changer.

Mais comment ont-ils pou atteindre une telle puissance ? Ou plutôt comment en sommes-nous arrivés là, nous les 99,99999 % qui ne faisons pas partie de ces super riches ? Je dirais : en jouant au jeu de la manipulation. À ce jeu, certains expérimentent l’exercice du pouvoir sur l’autre, et d’autres la perte de leur pouvoir.

Pour nous, habitants de cette si belle planète, je dirais que c’est un bon moment pour nous rappeler qu’un jeu n’est qu’un jeu, aussi vrai puisse-t-il paraître, et que nous pouvons y mettre un terme. Sans être obligés de quitter la scène, nous pouvons cesser le jeu de la domination et de la soumission et reprendre une attitude de respect.

Si la situation peut paraître injuste, il est bon de se rappeler que les manipulateurs ne peuvent exister que parce que d’autres acceptent d’être manipulés. C’est le jeu de l’expérience, et si celle-ci ne vous plaît plus, c’est un bon signal pour vous dire que l’heure est propice pour en sortir. Si un nombre suffisant d’hommes et de femmes reprennent leur pouvoir personnel respectueux, automatiquement l’abus de pouvoir devra diminue ou cesser. C’est une question d’équilibre.

Soyons conscients que nous sommes dotés de la capacité à gérer notre vie et qu’il n’est plus utile de donner notre pouvoir à d’autres (patrons, politiciens, médecins…). Ainsi, nous œuvrerons au retour de l’harmonie et du respect sur toute la planète.

Michel A. pour Merci la Vie.

Comment allez-vous ?

Nous vous proposons ici des extraits d’une consultation de Nassrine Reza, qui, depuis plus de 10 ans, accompagne des gens sur leur chemin de vie et de guérison.


La Santé Globale repose sur votre capacité à laisser vivre les émotions

La plupart des approches thérapeutiques se basent sur la gestion des émotions dites négatives. La plupart des êtres humains se plient à ce conditionnement de manière inconsciente. Sans qu’ils ne s’en rendent compte, ils s’engluent dans un mécanisme de lutte permanente. La lutte psychique engendre du stress et le stress est la première cause du déséquilibre physique, psychique et émotionnel.

Pourtant, les émotions dites négatives, telles que la peur, la colère et la tristesse sont hautement bénéfiques ! D’une part pour l’équilibre du corps physique : Elles engendrent des modifications épigénétiques capitales au maintien de la santé et permettent le passage de l’eau à l’intérieur des cellules. D’autre part, elles contribuent à un état mental serein et à un système émotionnel sain. Mais ces émotions deviennent uniquement bénéfiques, si vous ne luttez pas contre elles !

Mon « approche » se base sur ce que j’appelle « Le Pouvoir de l’Accueil ». Il ne s’agit pas d’un « outil », mais d’un état d’être naturel. Si vous souffrez de problèmes physiques, psychiques, émotionnels ou si vous souhaitez goûter plus intensément à ce qu’est le bien-être, je vous invite humblement à faire ce petit exercice, et ce, à chaque fois qu’une émotion dite négative vous apparaît :

1) Reconnaissez-la

Offrez-lui votre attention un instant en lui disant : « Chère émotion, je te vois ».

2) Demandez-vous si elle vous appartient

Vous verrez que ce n’est jamais le cas. Elle vous apparaît, vous en êtes le témoin, mais elle ne vous appartient aucunement. Par la même occasion, je vous conseille de cesser de dire « je suis triste, je suis en colère ou j’ai peur » et d’utiliser « j’observe une tristesse, une peur ou une colère ».

3) Accueillez-la avec bienveillance

Dites-lui simplement : « Chère émotion, tu ne m’appartiens pas, mais je te donne enfin le droit de vivre dignement ». Oui, dignement, parce que cette pauvre émotion a été banni maintes fois ! À combien de reprises, l’avez-vous rejetée avec force…? Même si elle ne vous plaît pas, n’a-t-elle toutefois pas le droit d’exister ? Imaginez que cette émotion est un enfant orphelin, qui vient frapper à votre porte. Il est amaigri, il souffre terriblement. Il n’a pas choisi de s’appeler « colère, peur ou tristesse ». Il n’a pas choisi d’être orphelin et encore moins de subir toute cette violence et ce rejet à son égard. Lui claquez-vous la porte au nez, parce sa tête ne vous convient pas ? L’unique chose dont cet enfant (cette émotion orpheline) a besoin est : un peu d’attention, un peu d’amour et un espace d’accueil pour qu’il n’ait pas à mourir de froid et de faim. Si vous lui ouvrez la porte, alors vous lui offrez enfin la chance de guérir ! Permettez-moi une petite parenthèse : Il n’est absolument pas nécessaire de comprendre pourquoi une émotion se manifeste. La compréhension n’engendre aucun changement durable. Au contraire, vous allez alourdir votre pauvre mental par davantage de questions et d’analyses, qui ne permettront jamais l’accueil émotionnel. Si vous devez comprendre quelque chose, les informations vous parviendront spontanément. Oui, la vie est aussi simple que cela ! Bien sûr, pour la plupart des êtres humains profondément conditionnés, « comprendre » est leurs « leitmotiv ». Or, la vie ne demande pas à être comprise. Elle ne demande qu’à être vécue.

4 ) Buvez de l’eau plate

Lorsque vous utilisez votre « Pouvoir d’Accueil », les cellules du corps peuvent à nouveau s’hydrater. Le passage de l’eau à l’intérieur de celles-ci est à nouveau possible. L’eau est la première source d’énergie nécessaire à tout équilibre. Comprenez, qu’il ne vous sert strictement à rien d’entamer un processus de développement personnel ou de prendre des compléments alimentaires, si votre corps ressemble à un terrain aride. Vous pouvez nourrir votre corps avec les meilleurs aliments qui soient, mais s’il manque d’eau, il n’a pas l’énergie nécessaire pour en extraire les précieux nutriments ! Toutes les graines que vous allez semer, pourront uniquement apporter leurs fruits, si vous vous occupez avant tout de la qualité de cette terre (de ce corps). Et à votre avis, combien de fleurs pourront éclore, si votre corps est dans le « désert » ? Comprenez également que boire de l’eau plate n’est pas uniquement salutaire pour les fonctions physiques, puisqu’elle influence directement votre état mental et émotionnel.

5 ) L’accueil n’est pas l’attente d’un changement

Si vous attendez que vos problèmes physiques, psychiques et émotionnels disparaissent, alors vous allez attendre une éternité. Accueillir, c’est embrasser toute manifestation intérieure, sans jugement et avec un amour inconditionnel, qui je vous le rappelle est votre nature profonde. Peut-être l’avez-vous simplement oublié…Observez ce qu’il se passe durant les minutes, les heures et les jours à suivre au niveau physique, mental et émotionnel…et surtout…

6 ) Remerciez-vous !

La plupart des êtres humains rendent grâce à d’innombrables choses, sauf à eux-mêmes. Je vous invite à vous rendre grâce, à vous remercier, à vous féliciter, à vous valoriser, à être fier de vous ! Car vous êtes unique au monde et tellement précieux pour l’humanité…mais peut-être que cela vous a échappé également…

*  *  *

Découvrez le nouveau livre « Le Pouvoir de l’Accueil – renaître en un seul instant » 
disponible sur Amazon  Canada  Europe

Nassrine pour Merci la Vie !

Découvrez mon site en cliquant sur : www.nassrinereza.com

 

Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 33

Observations

Mes méditations quotidiennes sont très instructives, mais parfois aussi amusantes. En fait, je pratique l’observation. C’est amusant de s’observer, d’être un observateur de soi-même. J’essaie de m’observer en gardant assez de distance vis-à-vis de moi-même pour ne pas embarquer dans les réactions épidermiques ou automatiques. Je n’y arrive pas toujours, loin s’en faut, mais lorsque ça marche, j’arrive souvent à identifier une croyance ou une blessure derrière la réaction.

Vous voulez un exemple ? Bon, en voilà un. Ma mère m’a téléphoné il y a quelques jours pour prendre des nouvelles, comme elle le fait souvent. Elle m’a demandé ce que je faisais de mes journées, et là j’ai commencé à sentir un inconfort, parce que je ne lui ai pas encore dit que j’allais partir en Inde. Tout en lui parlant, j’ai fait l’effort, parce que ce n’est pas facile pour de vrai, de me regarder parler.

Ce que j’ai senti alors avait un goût de culpabilité, ouais, je me sentais mal comme si j’avais fait quelque chose de pas correct, et ça m’a tout de suite rappelé des sensations que j’avais bien connues quand j’étais un enfant. Ça avait vraiment un goût de déjà vécu. Bon, au bout d’un moment, je n’ai plus eu assez de concentration pour continuer à parler à ma mère tout en m’observant, mais j’y suis revenu après le téléphone.

Pour finir mon message, je vais profiter de l’occasion pour vous partager quelques-unes des questions qui ont émergé durant mes méditations :

– Est-ce qu’être un bon employé aujourd’hui signifie ne pas écouter les signaux de son corps et s’arrêter uniquement lorsqu’il est trop malade ?

– Est-ce qu’être un bon citoyen signifie suivre les directives des gouvernements partisans et souvent corrompus ?

– Est-ce qu’être un homme signifie faire un usage autoritaire de la force ?

– Est-ce qu’être un bon catholique, musulman, juif ou membre de toute autre religion signifie croire aveuglément ce que disent les dignitaires ?

Je vous laisse méditer là-dessus. À la prochaine,

Jean-Daniel

Comment allez-vous ?

Nous vous proposons ici des extraits d’une consultation de Nassrine Reza, qui, depuis plus de 10 ans, accompagne des gens sur leur chemin de vie et de guérison.


Lorsque le non-accueil émotionnel pousse à la violence…

Ce témoignage, extrait d’un dialogue avec l’un de mes patients, vous invite à observer les ravages provoqués par le « non-accueil émotionnel ». Je souhaite remercier mon patient de me permettre de partager avec vous un bout de son histoire de vie. Puisse-t-il vous aider à accueillir toute émotion, aussi insoutenable soit-elle… pour votre propre bien-être et réciproquement pour le bien-être de l’humanité…

Pensées lumineuses, Nassrine Reza

« Il a déjà consulté bon nombre de psychologues et de thérapeutes, mais rien ne change. Je ne sais pas si c’est une bonne idée que vous soyez seule avec lui. Il a de la peine à se gérer et je ne voudrais pas qu’il vous arrive quelque chose », me dit le frère de mon patient qui attendait à l’extérieur.

« Je vous remercie de votre attention, mais faites-le entrer et laissez-nous seuls s’il vous plait », lui répondis-je calmement. Un homme d’une stature imposante franchit la porte et s’assit sur la chaise sans dire un mot. Je l’observai un instant, puis lui tendis un verre d’eau.

« J’ai tué trois personnes », me dit-il promptement en rompant le silence. Son regard était plongé dans des souvenirs déchirants et sa mâchoire se crispa davantage. « Je ne pouvais plus me contrôler. La haine, la soif de vengeance, c’est tout ce qui comptait pour moi. Ils ont tué ma femme et mon enfant, sans raisons. Ils ont ri en me regardant pleurer. Et je suis devenu leur esclave », poursuivit-il, le visage dénué de toute émotion.

Mon patient fixa ses yeux bleus sur moi dans l’attente d’un sévère jugement. Au bout de quelques secondes, il marmonna : « Je vous en supplie, dites quelque chose ». « Je ne suis pas là pour vous juger, mais pour vous aider à retrouver votre amour-propre », rétorquai-je. « Mais je suis un meurtrier ! Je ne vaux pas plus que ces salauds ! », hurla-t-il soudainement. Une incroyable colère jaillit. Il me défia du regard : « Tous les thérapeutes que j’ai vu avaient peur de moi ! Pourquoi ne me craignez-vous pas ? », s’exclama-t-il. Il se leva d’un bond et à cet instant son frère fit irruption dans la salle.

« Laissez-nous s’il vous plait ! », lui ordonnai-je. « Mais ne voyez-vous pas qu’il est perdu ? Personne ne peut l’aider à se contrôler ! Le frère que j’ai connu est mort depuis longtemps ! ». Il lui tint fermement le bras pour essayer de le calmer. « En effet, personne ne peut l’aider, parce que lui seul a ce pouvoir », continuai-je. « Arrête de tout massacrer autour de toi ! », lui lança son frère en sortant.

« Qu’essayez-vous de massacrer ? », demandai-je à mon patient. Le corps tremblant, il dit : « Je ne sais pas ». « Qu’essayez-vous de massacrer ? », répétai-je en haussant le ton. « Foutez-moi la paix ! », aboya-t-il d’une voix menaçante. Je m’avançai vers lui. « Contre quoi faites-vous la guerre quotidiennement ? Qu’essayez-vous d’étouffer inlassablement ? Les personnes qui ont tué votre femme et votre fils sont mortes, alors qu’essayez-vous de combattre avec acharnement ? », insistai-je.

« Vous me faites mal », répondit-il en baissant les yeux. « Vos émotions souffrent parce que vous luttez férocement contre elles. Cette colère et cette haine ne pourront jamais se dissiper, si vous ne leur donnez pas le droit d’exister. « Si je fais cela, je risque de vous blesser ! », poursuivit-il, les poings serrés. Je m’avançai davantage et lui posai délicatement ma main sur son visage, marqué par une insoutenable souffrance. « Si vous reconnaissez pleinement cette haine, si vous l’accueillez sans jugements, alors vous allez enfin pouvoir guérir. Plus vous luttez contre, plus elle fait des ravages », ajoutai-je avec compassion.

En quelques secondes, il réussit à remplacer cette lutte atroce contre la haine par une énergie d’accueil et de bienveillance à son égard. Il pleura toutes les larmes de son corps. « Jamais je ne pourrai me pardonner », sanglota-t-il. « Vous avez suffisamment souffert. Ne vous punissez pas davantage. Vous avez essayé de protéger votre femme et votre enfant. Vous avez été courageux », lui dis-je. « Nassrine, je ne voulais pas tuer ces personnes ! ». « Je sais. En tuant ces personnes, vous pensiez pouvoir tuer la colère. Mais maintenant cette violence n’a plus lieu d’être, parce que vous avez fait la paix avec la haine ».

Pendant un an, mon patient a appris à accueillir ses émotions. Il comprit que l’unique chose qu’il avait toujours souhaité anéantir, n’était ni ses souvenirs, ni ces personnes qui lui ont ôté sa famille. Au contraire, tout ce qui l’avait poussé à agir de la sorte n’était qu’une immense colère non-accueillie qui grondait au cœur de son être…

Aujourd’hui, il a fondé une nouvelle famille et il est retourné vivre à Sarajevo.

*  *  *

Découvrez le nouveau livre « Le Pouvoir de l’Accueil – renaître en un seul instant » 
disponible sur Amazon  Canada  Europe

Nassrine pour Merci la Vie !

Découvrez mon site en cliquant sur : www.nassrinereza.com

 

Moi, Jean-Daniel

Les aventures de Jean-Daniel, semaine 32

Une bonne recommandation

J’ai reçu la réponse de Navdanya. C’est oui, je suis accepté ! Ma place au centre de formation est réservée pour le 16 mai, pour une durée de 3 mois. C’est difficile à croire, je ne connaissais même pas le nom de ces communautés il y a quelques semaines.

Ils m’ont aussi envoyé une liste d’informations utiles pour bien préparer mon séjour. Parmi les recommandations, il y a celle de méditer chaque jour sur les motivations de mon séjour parmi eux. J’ai décidé de suivre leurs conseils, et je me suis mis à la méditation dès le jour où j’ai reçu leur réponse.

Je crois qu’ils ont bien fait de me donner ce conseil, parce qu’en seulement dix jours, des choses se sont clarifiées en moi. Premièrement, il m’a fallu reconnaître que ma première motivation pour aller là-bas, c’est que je ne suis pas bien ici. J’ai même découvert que j’étais plus mal que je le croyais. En fait, ma situation actuelle me pèse beaucoup. Ce n’est pas toujours facile de s’avouer ce genre de choses, d’être très authentique avec soi-même.

Quand je regarde ma sœur aînée ou mes chums, j’ai l’impression que leur vie est un peu une prison. Des horaires tout le temps, des obligations de tous les côtés, un emploi du temps surchargé. Elle est où la liberté ? Je ne veux pas redevenir comme avant. J’ai découvert en moi un nouveau Jean-Daniel, un Jean-Daniel qui veut vivre, faire des choses qui lui plaisent, qui lui font du bien, et pas seulement survivre.

Au bureau de chômage, ce qu’on nous dit, si je traduis leurs messages bureaucratiques, c’est trouve-toi un job et ferme-la ! Mais ça, c’est bon pour les robots, les humains automates. J’ai goûté à une liberté d’être et je suis trop jeune pour la laisser filer.

Quand je regarde la vie que mes parents ont eue, et ce qu’ils ont comme retraite aujourd’hui, je ne suis pas tenté de suivre leur chemin. Ils ont fait de leur mieux pour nous donner une bonne éducation et des belles valeurs, mais leur héritage est trop lourd à porter. J’ai réalisé cela aussi, que derrière leurs choix, il y a un tas de conditionnements et de croyances, pas forcément vraies ni bonnes.

C’est un peu difficile à expliquer, mais ce qu’ils m’ont légué, c’est comme un moule dans lequel je devrais m’ajuster. Dans ce moule, il y a des croyances qui disent par exemple : je suis petit, il faut obéir, il faut choisir la sécurité. Mais tout bien vu, ce moule, il m’étouffe.

Partir en Inde, je suis sûr que ça va être un bon bol d’oxygène pour moi. Je suis conscient qu’après cette expérience, mes idées et mes aspirations pourraient être telles que je « fitrais » encore moins dans le décor, mais ça ne fait rien, je suis prêt à prendre ce risque. Cet élan, il me vient de l’intérieur, et je ne veux pas me faire violence en le réprimant, car j’ai compris que je suis unique et qu’il m’appartient de vivre selon mes choix. C’est vrai, si je ne choisis pas ma vie, ça revient à laisser les autres la choisir pour moi.

Jean-Daniel

Nouveautés littéraires

La (bonne) santé des enfants non vaccinés  Auteur : Dr Françoise Berthoud

Si beaucoup de livres stigmatisent les risques des vaccins, celui-ci est le premier à mettre l’accent sur les bienfaits de l’abstention vaccinale. Son auteur  démontre avec brio que les rares groupes d’enfants non vaccinés sont la preuve que la vie se défend mieux contre les maladies que contre les vaccins. Des problèmes de santé commencent souvent après un vaccin. On entend par exemple : « C’est depuis son vaccin qu’il a commencé à tousser ! ». Ce type de témoignage est fréquent. La bonne santé des enfants non vaccinés est confirmée par plusieurs études et observations dans divers pays. Les groupes d’enfants étudiés font partie de familles qui ont choisi un autre mode de vie, privilégiant les démarches de santé plutôt que la médecine. L’auteur nous montre qu’il n’existe aucune évidence scientifique prouvant que les vaccins administrés de routine aux petits enfants soient plus utiles que dangereux. Éditions Jouvence


Les Essences-ciel pour le corps et pour l’âme  Auteur : Christine Angelard

Ce livre est né de deux courants puissants qui m’ont conduite à rassembler ces pages. Le premier s’exprime dans la nécessité impérieuse que j’ai depuis quelque temps de me questionner sur mon quotidien et de partager des impressions, des expériences vécues, aussi bien par mes patients que par moi-même. Ces étincelles, ces révélations me sont parvenues à travers ma pratique certes, mais par la vie, surtout, tout simplement, ou parfois brusquement, voire miraculeusement. Le 2ème courant qui m’a conduit à vouloir écrire ces lignes est étroitement lié à mon quotidien de thérapeute. Mon travail m’oblige à rester les deux pieds dans une réalité très concrète, et mes patients me demandent depuis pas mal de temps un recueil de mes trucs, de mes essentiels. Essentiels pour le corps, indispensables à une vitalité complète, celle de l’âme et de l’esprit. Éditions Baillard


La fraîcheur de l’instant  Auteur : Betty Quirion

Par peur et par habitude, nous accumulons des connaissances, des biens matériels, des sensations fortes, des performances, des relations. Nous accumulons aussi des systèmes de protection et de défense. Nous accumulons parce que nous avons l’impression d’être des entités séparées vivant dans le manque et l’insécurité. Et selon notre imaginaire, tout ira mieux demain si et quand tel ou tel changement a ou aura lieu. Par refus du désagréable et du douloureux qui sont inhérents au monde manifesté, les années passent et le meilleur est toujours à venir. Pour les traditions spirituelles, cet état de fait relève d’un dysfonctionnement, d’une illusion, d’un « rêve » auquel il convient d’échapper. À la suite de constats honnêtes sur elle-même, Betty a cessé cette identification au « rêve » en octobre 2008. Faisant fi de cette habitude d’accumuler, et d’attendre un futur meilleur, Betty nous invite à explorer nos fonctionnements physiques, émotionnels et mentaux, nos croyances, nos habitudes avec une approche nouvelle, un regard neuf. Éditions Ariane


Vivre et mourir… guéri !  Auteur : France Gauthier

Après avoir publié le best-seller « On ne meurt pas », France Gauthier ne croyait pas écrire à nouveau sur la mort. Mais au printemps 2013, sa meilleure amie Anne-Marie a dû être opérée pour un cancer utérin, rare et particulièrement agressif, qui lui donnait peu de chance de survie à long terme. C’est à ce moment-là que l’auteure a décidé d’accompagner son amie dans un processus de guérison, même si cela devait mener à la mort. Un an plus tard, il ne restait plus aucune trace de cancer. Anne-Marie a choisi la Vie et, par le fait même, vaincu la mort. En fait, elle a compris que la mort n’existe pas, que la guérison est avant tout un état de conscience, que la lutte est vaine parce que tous les chemins mènent à la Vie et, surtout, que chacun peut vivre et mourir… guéri ! Voilà un livre inédit où vous découvrirez tout le processus derrière cette fabuleuse guérison que l’on ne peut que qualifier « d’alchimique ». Éditions Ariane


La Dictature du Bonheur  Auteur : Marie-Claude Élie-Morin

L’industrie des coachs de vie, du développement personnel et du self-help est plus florissante que jamais. Le bonheur est devenu un impératif, au même titre que la minceur et le succès professionnel. Santé physique, équilibre mental, vie de couple, finances : on met constamment en avant la nécessité d’avoir une attitude volontaire et « positive », parfois au mépris de la réalité. L’auteure l’a réalisé de la manière la plus intime qui soit au décès de son père. Dans ce livre, elle expose avec humour et discernement les vicissitudes d’une manière de penser qui fait que beaucoup de gens en arrivent à se blâmer d’être malades, malheureux, seuls ou pauvres. À force de nous répéter que nous sommes les seuls artisans de notre bien-être, la dictature du bonheur ne serait-elle pas en train de nous isoler des autres et de nous couper de nous-mêmes ? VLB Éditeur


La Clé de la synchronicité tome II  Auteur : David Wilcock

Dans ce deuxième tome, David Wilcock poursuit le compte rendu passionnant de ses découvertes sur le fonctionnement intime de notre univers et démontre, preuves à l’appui, que tout dans notre existence est lié au reste qui, à son tour, exerce une influence subtile, mais déterminante, aussi bien sur le déroulement de notre vie que sur l’évolution de notre civilisation. En lisant son livre, on se rend vite compte que les événements de l’histoire se répètent de manière cyclique et qu’une meilleure compréhension des lois universelles régissant le destin des individus et des nations, par l’entremise de « synchronicités » en apparence aléatoires, nous révèle l’existence d’un remarquable maître-plan qui nous guide pas à pas vers des lendemains meilleurs. Éditions Ariane


Journal d’un disparu  Auteur : Maxime Landry

« On devrait toujours vivre comme si c’était le dernier jour. » Bertrand mène une vie tout à fait normale avec sa famille. C’est un homme travaillant et dévoué qui se surmène dans le but d’assurer un avenir de qualité à sa femme et à ses enfants, qu’il n’aura pas le temps de voir devenir des adultes. Tous ses efforts le mènent malgré lui bien loin de ses rêves et de ses ambitions. Tranquillement, il sombre dans la noirceur. La nuit la plus longue de toute son existence. Journal d’un disparu est le journal post mortem tenu par Bertrand durant l’année suivant son départ volontaire. Libre Expression


Le Grand tournant  Auteur : Gregg Braden

C’est un fait que nous vivons une ère d’extrêmes. C’est un fait qu’il vaut mieux nous adapter à la nouvelle « normalité » que de nous raccrocher à l’idée d’un monde qui n’existe plus. C’est un fait que les solutions à nos plus graves problèmes existent déjà et qu’il suffirait d’adopter le mode de pensée qui leur donnerait une place dans nos vies. C’est UN FAIT que la nature nous procure des tournants permettant de transformer notre lutte contre les extrêmes en des choix de résilience favorisant la vie. Nous solutionnons nos problèmes selon notre vision du monde et de nous-mêmes. Qu’il s’agisse du pic énergétique, de la crise de la dette, des économies défaillantes ou des bouleversements climatiques, la vie nous indique quotidiennement dans quels secteurs la pensée d’hier est désuète. Elle nous montre aussi que les grands changements mondiaux suscitent des changements importants dans nos vies. Éditions Ariane


Le Miracle ; Que ferait l’amour ?  Auteur : Christine Michaud

Je me trouvais seule au resto un soir de décembre. Pourtant j’avais le cœur léger, j’étais heureuse. Je partais le lendemain matin pour une semaine de dolce far niente sous le chaud soleil de la République dominicaine. Mon attention se porta sur une femme assise à la table juste à côté de la mienne. En fait, elle m’obnubilait tellement que je n’arrivais pas à me concentrer sur la lecture du livre que j’avais apporté. L’amie qui devait me rejoindre avait un peu de retard. Cette femme m’intriguait. J’avais l’impression d’être en connexion avec elle, et je ressentais une lourdeur et une tristesse chez elle qui me touchaient… Au même moment où mon amie arrivait, la femme se leva pour quitter le restaurant, mais juste avant, elle vint me voir. Ce qu’elle me dit et ce qui se passa par la suite relève du miracle. Et c’est précisément ce dont nous avions toutes les deux besoin ce jour-là. Alors, c’est autant pour elle que pour moi, ainsi que pour tous ceux et celles qui ont besoin d’un miracle dans leur vie, que j’ai eu l’élan d’écrire ce livre. Un Monde Différent


Votre vie est un jeu quantique  Auteur : Christian Bourit

Abandonnez définitivement la croyance que la vie est une lutte et venez jouer avec l’invisible pour faire émerger vos désirs. Dans le jeu quantique, aucune frontière ne vous sépare de vos aspirations. Il suffit de vous mettre à l’unisson des forces énergétiques de l’Univers qui ne demandent qu’à se manifester de manière harmonieuse dans votre quotidien. Apprenez à cultiver, jour après jour, cette connexion et vous serez bientôt en mesure d’écrire un nouveau scénario de votre propre vie, dans la joie et la liberté. C’est là toute l’ambition de cet ouvrage, préfacé par Marion Kaplan, qui propose un accès immédiat et simple à la théorie quantique et présente au lecteur une nouvelle façon de penser, d’agir et surtout d’aimer, profondément transformatrice et source d’inspiration. Libérez-vous de vos doutes pour créer la réalité que vous souhaitez et devenir un joueur capable de miracles ! Éditions Quintessence


La Santé repensée  Auteur : Gaétan Brouillard

Trop souvent et depuis trop longtemps, les hommes ont cherché des recettes toutes faites à leurs maux, tant sur le plan des diagnostics que des remèdes. Or, selon le Dr Gaétan Brouillard, cette quête de la «pilule miracle» est illusoire, surtout pour traiter les maladies chroniques. Chaque être est unique, avec ses expériences, ses ressentis, son environnement, alors il importe davantage de connaître la personne qui souffre que de mettre une étiquette sur sa maladie. De plus en plus, les scientifiques découvrent à quel point nos dimensions émotionnelles, mentales et spirituelles sont activement responsables de notre bien-être physique. Puisant dans divers savoirs, cultures et philosophies, cet ouvrage novateur propose une vision renouvelée de la médecine, qui honore les trois dimensions propres à chaque être humain: corps, coeur et esprit. Les Éditions de l’Homme


Le Placebo c’est vous  Auteur : Joe Dispenza

Est-il possible de guérir par le seul pouvoir de la pensée – sans faire appel aux médicaments ou à la chirurgie ? En vérité, cela se produit plus souvent que vous ne le croyez. Le Dr Joe Dispenza nous fait part de nombreux cas, amplement documentés, où des patients sont parvenus à inverser des dysfonctionnements majeurs tels que la dépression, l’arthrite invalidante, la cardiopathie et même les tremblements dus à la maladie de Parkinson en croyant simplement au pouvoir du placebo. Le placebo, c’est vous ! s’appuie sur les dernières recherches dans les domaines de la biologie, des neurosciences, de la psychologie, de l’hypnose, du conditionnement comportemental et de la physique quantique pour démystifier le fonctionnement de l’effet placebo… et nous convaincre que ce qui semble, à première vue, impossible peut se réaliser. Éditions Ariane


Oui, rien n’arrive par hasard …  Auteur : Thierry Schneider

Le principe de ce livre est simple, mais efficace : une phrase-clé, un développement, un conseil, une citation à méditer. Du pur développement personnel version autocoaching, une pléiade de chapitres écrits avec l’intelligence du cœur et une vraie sensibilité. Certains lecteurs le liront d’une traite, d’autres le découvriront en prenant une page au hasard, pour imprégner leur journée… ou les deux ! L’atout majeur de l’Athlète de la Vie est de savoir mettre un terme au réflexe courant de tout vouloir contrôler et de se focaliser sur ce qui manque… Il est animé par un seul but : inventer sa vie pour sortir du cercle limitatif de ses mémoires stériles. Il sait se focaliser sur ce qu’il veut et apprend à cultiver, à chaque instant et de façon spontanée, une sensation agréable de détente, en son corps et en son cœur, pour laisser toute sa place à cette « attention pure »… Un Monde Différent